Danse
[Avignon] Créatures et 19-born -76-rebels, les deux excellents Sujets à vif du programme A

[Avignon] Créatures et 19-born -76-rebels, les deux excellents Sujets à vif du programme A

08 juillet 2013 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le chorégraphe Daniel Larrieu est responsable de la programmation danse de la SACD. Il résume à merveille le programme des Sujets à Vif du festival d’Avignon: « Le principe est de provoquer des rencontres improbables entre deux personnes »

Ce rendez-vous est sans doute le plus excitant de chaque édition du festival d’Avignon, car il y est question de jaillissement. En faisant dialoguer deux arts (la musique et la danse, le théâtre et la danse), rapidement (chaque forme dure trente minutes), les questionnements les plus actuels du spectacle vivant explosent. Créatures et 19-born -76-rebels composent les deux premiers volets de la programmation qui en compte 4.

Le programme A débute par Créatures. Il s’agit d’une commande à D’de Kabal. Elle est conçue et interprétée par le slameur à la voix grave, l’ex Assasin D’de Kabal et l’incroyable danseuse hip-hop Émeline Pubert. On y voit D’de Kabal, de dos. Il est dans une cage en verre, ses longues dread-locks ne recouvrent pas le tatouage peint sur son flanc. Il respire, de ce souffle bruyant et inquiétant qu’il ne tardera pas à sampler. Elle, au sol, est ramassée, elle va lentement se déployer offrant ensuite une virtuosité d’exécution dans les gestes. Les équilibres et la force viennent d’elle. Le trouble s’installe. La masse D’de Kabal n’est rien en apparence face à ce petit bout. Il est le lion enfermé au zoo, ne montrant pas son visage. Ils vont s’épier, se rencontrer, peut être même s’avaler. La proposition est frappante, talentueuse.

Sans grande transition, on entre dans autre chose.19-born -76-rebels est une commande à Mamela Nyamza, interprétée par Mamela Nyamza et Faniswa Yisa. 1976, c’est la date de naissance de ces deux danseuses. Elles se sont demandées comment aurait pu se passer la rencontre de leurs mamans. Nous voici en plein apartheid. Elles sont vêtues comme des poupées esclaves, servant de manne attractive aux propriétaires avides. Dans cette répétition de l’histoire, rien n’est à sa place.Les chaines sont remplacées par des boites de conserves attachées à leurs pieds et si elles se regardent, c’est dans un miroir déformant. Elles vont à leur manière raconter les émeutes de Soweto : en 1976, le gouvernement rendit obligatoire l’enseignement de la langue afrikaans, le township se souleva. Cette langue qui ne leur appartient pas est ici magnifiquement représentée par un grand registre dont les lettres tombent.
Elles dansent contraintes, jouant avec leur visage qui pour l’une d’entre elles n’arrive pas à sourire.

Les deux sujets du programme A ont respecté à merveille la consigne d’une « rencontre », faisant de cette « rencontre » le thème de leurs performances.

Visuel : ABN

Les sujets à vif se donnent dans le Jardin de la Vierge du lycée Saint-Joseph.

Tout le programme :

Programme A / 11h
8>14 juillet (relâche le 11)
Créatures / Une commande à D’de Kabal
19-born -76-rebels/ Une commande à Mamela Nyamza

Programme B / 18h
8>14 juillet (relâche le 11)
Garden Party / Une commande à Ambre Kahan

Perlaborer / Une commande à Vincent Dissez

Programme C / 11h
19>25 juillet (relâche le 22)
Dans les bois / Une commande à Sébastien Le Guen

Bataille / Une commande à Hassan Razak

Programme D / 18h

19>25 juillet (relâche le 22)
Scum rodeo / Une commande à Sarah Chaumette

Son son / Une commande à Nicolas Maury

Voir tout les articles de notre dossier Festival d’Avignon ici

Visuel : (c) Christophe Raynaud De Lage

Infos pratiques

Festival en Othe
Urbaka
festival_davignon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture