Comédie musicale

« Into The Woods » : Le Châtelet vous emmène pour une promenade délicieusement féerique dans les bois !

« Into The Woods » : Le Châtelet vous emmène pour une promenade délicieusement féerique dans les bois !

07 avril 2014 | PAR Jean-Christophe Mary

Après « A little night music » en 2009, « Sweeney Todd » en 2011 et « Sunday in the park with George » en 2013, Jean Luc Chopin programme une quatrième oeuvre de Stephen Sondheim (il est aussi parolier de « West Side Story », « A little night music ») au Théâtre du Châtelet.

 

En s’inspirant de l’essai  Psychanalyse des contes de fées du psychanalyste Bruno Bettelheim, Stephen Sondheim mélange ici divers héros de contes (Cendrillon, Le Petit Chaperon rouge, Jack pet le haricot magique ) et y ajoute deux nouveaux personnages : le boulanger et sa femme. Leur quête pour avoir un enfant les entraîne « dans les bois » où ils croisent Cendrillon et le Prince Charmant, le Petit Chaperon rouge, la mère-grand et le loup, Jack et Raiponce à la longue chevelure blonde. Dès le premier acte le rideau se lève sur un imposant dispositif scénique : des chaumières abritant les héros des trois contes laissent place à une forêt plus vraie que nature, avec ses arbres imposants, avec ces clairières aux clairs obscurs et aux luminosités absolument radieuses.

gea_6001

L’ingénieux plateau scénique tournant, le travail soigné des arbres et de la végétation, permettent d’obtenir des atmosphères tantôt apaisante, tantôt angoissante. L’effet visuel est absolument bluffant. La scénographie ici est primordiale car ces contes ont un point commun : ils se déroulent dans les bois, lieu des peurs enfantines. Dans cette comédie musicale, les bois représentent la métaphore de notre société avec ses hommes et ses femmes d’âges, d’origines et de conditions différentes, tous amener à se côtoyer et à essayer de vivre en société Une fois entrés dans les bois, les personnages vont vivre des expériences uniques qui les transformeront à jamais. C’est là toute la force de cette œuvre brillamment mise en scène par Lee Blakeley : le show révèle des vérités philosophiques que chacun d’entre nous expérimentera dans sa vie : l’amour, la trahison, l’escroquerie, le mensonge, les revers, les adieux. L’auteur porte un regard empreint d’humanité sur notre illusoire quête de bonheur avec humour et tendresse. Les scènes coquasses s’enchainent avec précision et fluidité. Une des plus réussies est celle où le boulanger délivre le chaperon rouge et sa grand mère du ventre du loup. On salue aussi l’interprétation magistrale de Bervley Klein (la sorcière), mère adoptive de Raiponce à la fois drôle et inquiétante. Les chanteurs principaux ( le travail des voix est remarquable !) sont constamment sur le fil du rasoir, à la fois drôles, et funambules. Le deuxième acte beaucoup plus sombre voit les illusions de chacun s’envoler, les personnages disparaître brutalement uns à uns. Répliques grinçantes, images noires quand la géante écrase une à une les maison du village, happe la boulangère infidèle et se fait éborgner un œil tombant sur sur scène dans un vacarme assoudissant. Trois heures durant, on oscille entre la fantaisie de la comédie musicale et le lyrisme dramatique de l’Opéra, entre la légèreté , la misère humaine et l’amour. Courez voir cette fable aussi drôle que féroce sur les désillusions et les travers de l’âme humaine.

Jean-Christophe Mary

Musique et lyrics : Stephen Sondheim

Livret : James Lapine

Orchestration : Jonathan Tunick

Direction musicale : David Charles Abell

Mise en scène : Lee Blakeley

Décors : Alex Eales

Costumes : Mark Bouman

Chorégraphies : Lorena Randi

Lumières : Oliver Fenwick

Réalisation des marionettes : Max Humphries

Cendrillon : Kimy Mc Laren

Le narrateur : Leslie Clack

Le boulanger : Nicholas Garrett

La femme du boulanger : Christine Buffle

La sorcière : Beverley Klein

Jack : Pascal Charbonneau

Le Prince de Cendrillon : Damian Thantrey

Le Prince de Rapunzel : David Curry

Le steward : Jonathan Gunthorpe

Le Petit Chaperon rouge : Francesca Jackson

La mère de Jack : Rebecca de Pont Davies

Rapunzel : Louise Alder

Florinda : Elisa Doughty

Lucinda : Lucy Page

Le père de Cendrillon : Scott Emerson

La mère de Cendrillon : Kate Combault

La belle-mère de Cendrillon : Jasmine Roy

La voix de la Géante : Fanny Ardant

Blanche Neige : Dorine Cochenet

La Belle au bois dormant : Cécilia Proteau

Orchestre de chambre de Paris

Marionnettiste

Dorine Cochenet
Cécilia Proteau
Claire Vialon
Valentin Johner

Visuel : ©Cathy Kuehner

Infos pratiques

La Route du Rock
Abbaye de Noirlac
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *