Comédie musicale
« Gospel sur la colline », des voix au sommet aux Folies Bergères

« Gospel sur la colline », des voix au sommet aux Folies Bergères

10 septembre 2015 | PAR Yaël Hirsch

Sur une idée de Benjamin Faleyras, c’est en Français et dans une création locale, que la joyeuse troupe de Gospel sur la Colline nous plonge dans l’univers d’une communauté évangélique noire de Louisiane dans les années 1950. Un spectacle chaleureux, porté par l’humour de Firmine Richard et par des voix absolument magnifiques.

[rating=3]

Louisiane 1954. Une communauté évangélique noire menée par le révérend Gédéon (lumineux Ilan Evans) est bouleversée trois événements majeurs : le retour parmi eux d’une des leurs devenue star du jazz, Rosa L’Amour (Myra Maud, aussi éblouissante de voix que de danse et de beauté), le mariage imminent des enfants de deux dames chipies de la communauté (adorables Firmine Richard et Dominique Magloire), ainsi que le projet du révérend d’élever une nouvelle maison de Dieu sur la colline, avec l’ambition folle que blancs et noirs y chanteront Dieu ensemble…

Dans une ingénieuse mise en scène de Jean-Luc Moreau (quelques écrans, des costumes et un rideau suffisent à dessiner au moins 5 ambiances), la troupe de Gospel sur la Colline fait preuve d’une cohésion, d’un enthousiasme et d’une générosité absolument irrésistibles. Si la comédie musicale est parfois inégale – notamment à cause de certaine chansons forgées dans un moule vintage années 1980,  de rimes trop faciles dans les paroles du deuxième acte et d’une intrigue bien trop légère par rapport au sujet – l’énergie et la joie sont toujours au rendez-vous. Avec même parfois de véritable moments de grâce : dans le premier duo amoureux de Rosa et John (puissant Jean-Luc Guizone) et dans la chorégraphie inaugurale du deuxième acte, où la communauté en liesse fait corps avec une finesse envoûtante.

Toutes les voix de cette production colorée étonnent et émeuvent, passant du jazz au gospel sans oublier le rock et la balade. La maîtrise de Myra Maud et de Jean-Luc Guizone impressionnent, tandis que la suavité de Carla Estarque, ravissante entraîneuse de l’Alcazar, séduit. Et en simplet perdu, Mann Vince donne aussi un sacré timbre à écouter. Les tours de piste se succèdent et après deux heures de show, la troupe est encore là, rayonnante, reprenant en bis chaque refrain de la pièce. Un moment de partage et de gaieté à vivre aux Folies Bergères, puis en tournée …

Gospel sur la Colline, de  Benjamin Faleyras, mise en scène Jean-Luc Moreau, avec Firmine Richard, Dominique Malgloire, Jean-Luc Guizone, Myra Maud, Mann Vince, Carla Estarque, chorégraphie Glyslein Lefever, 2h20.

© Simon Hervé

Infos pratiques

Fondation Pierre Gianadda
J1 Marseille
CONSULTANTE-AL

One thought on “« Gospel sur la colline », des voix au sommet aux Folies Bergères”

Commentaire(s)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *