Comédie musicale

Chicago: une version élégante et endiablée de la Comédie Musicale arrive à Paris

Chicago: une version élégante et endiablée de la Comédie Musicale arrive à Paris

24 septembre 2018 | PAR Yaël Hirsch

A l’affiche de Broadway depuis plus de 29 ans, la comédie musicale Chicago arrive à Paris  au Théâtre de Mogador dans une version française mais parfaitement Art Déco et Jazz portée où tout est réussi, notamment les performances des deux chanteuses principales Sofia Essaïdi et Carien Keizer. A voir absolument !

[rating=5]

Avec 31 millions de spectateurs et 22 ans de succès continu, la comédie musicale de John Kander et Fred Ebb est l’un des fleurons du genre. Et pour cause : revisitant avec malice la période de la prohibition, Chicago nous mène dans les coulisses de la grande métropole des années 1920 et nous emmène dans les recoins les plus noirs de la société… le tout avec un punch fou, un néoclassicisme raffiné et surtout une musique irrésistible.

L’histoire est celle de Roxy (Carien Keizer, toute en jambes fuselées et geyser d’énergie), une femme légère qui a toujours rêvé de percer sans le Music Hall mais a plutôt épousé le très transparent Amos (Pierre Samuel émouvant «Monsieur Cellophane ») qu’elle trompe allègrement. Lorsqu’elle tue son amant, elle risque sa tête mais le scandale peut aussi lui apporter le succès et les spotlights…avec l’aide de son habile avocat (Jean-Luc Guizonne).

La version qu’en propose actuellement le Théâtre du Mogador met à jour avec précision tout le génie de l’œuvre avec un rythme parfait, un texte très bien traduit en français, des jeux de lumières sublimes (la scène du procès est un moment de grâce), un orchestre superbement dirigé et des chorégraphies élégantes au modern jazz parfois épicé de hip hop signées Ann Reinking. Les comédiens, danseurs et acteurs, sont tous impressionnants y compris Sofia Essaïdi, la chouchoute de la Star Ac’ 2003 qui est au sommet de sa forme et de sa beauté avec une voix puissante et suave à souhait. Son duo avec Carien Keizer est juste parfait. On n’a pas une minute pour s’ennuyer et l’on chante a tue-tête tous les tubes de ce Chicago. En sortant, l’on mesure la somme de travail et l’on salue les artistes en les remerciant pour ces deux heures de rêve.

visuel : © Stage entertainment

« Chuck Steel, Night of the Trampires » de Mike Mort : un hommage aux buddy movies [critique]
Révélations de Léonara Miano mise en scène par Satoshi Miyagi à La Colline
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : yael@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *