Cirque
Quadruple « Saut », périlleux mais virtuose! [Chalon Dans La Rue]

Quadruple « Saut », périlleux mais virtuose! [Chalon Dans La Rue]

21 juillet 2017 | PAR Mathieu Dochtermann

Le cirque nouveau n’en finit plus de rafraîchir et de dépoussiérer l’approche des disciplines circassiennes, en les inscrivant dans des projets d’écriture qui leur insufflent vie et dynamique. C’est dans cette veine que s’insèrent les quatre compères du Collectif Bigbinôme, qui propose avec leur spectacle Saut un voyage dans une histoire loufoque avec des personnages bien typés et attachants. Bien vu!

[rating=4]

Foule impressionnante massée dans la cour de l’école de l’Est malgré la pluie qui menace: c’est signe qu’il se passe quelque chose, car, à Chalon, le public ne se trompe jamais!

Le Collectif Bigbinôme y propose, deux fois par jour, un spectacle d’acrobaties, voltige et main-à-main qui ne manque pas d’énergie ni d’humour.

En effet, ici, la technique, même si elle est impeccable, n’a pas pour autant dévoré la mise en scène et l’écriture. C’est donc un spectacle extrêmement divertissant, complet et prenant, qui est servi au public. Le ton est donné dès le départ: les personnages ne seront pas omnipotents, il y aura des ratés, il y aura de la place pour le rire et pour la fragilité. Et tant mieux! L’histoire n’en est que plus vivante, les personnages plus humains et plus attachants, et le voyage farfelu que les spectateurs entreprennent, embarqués par une histoire étrange où les seaux prennent une place déterminante, n’en est que plus dépaysant. Les personnages sont très bien individualisés, avec une voltigeuse qui déploie progressivement une vraie dimension clownesque, plutôt bien réussie.

Point de vue technique, il y a de belles prises de risques, et les figures s’enchaînent sans heurts. De très beaux sauts, une chandelle à trois, un porté… des porteurs par les voltigeuses, la mécanique est bien huilée, et on sent que les quatre circassiens ont une grande complicité et fluidité dans leur travail. La belle confiance et la belle énergie qui se sentent sur scène font plaisir à voir. Rien qui n’ait jamais été fait ailleurs, du point de vue des figures, mais tout est mobilisé bien à propos. L’utilisation du seau comme accessoire et agrès est intéressante, même si on sent que toutes les potentialités n’ont pas encore été explorées…

Peut-être certains « ratages pour faire semblant » sont-ils un peu exagérés. Peut-être, quitte à ce que la narration n’aille finalement nul part de bien précis – ce qui est très bien – pourrait-on plus nettement brouiller les cartes dès le début. Mais qu’importe, au final, puisque le plaisir très manifeste que les artistes prennent sur scène se communique au public, et que tout le monde se quitte avec un grand sourire, après un tonnerre d’applaudissements!

Un jeune collectif à suivre, et un spectacle plaisir à retrouver cour de l’école de l’Est, à 11h30 et 15h45 samedi, et une dernière fois à 11h45 dimanche.

Spectacle collectif de Voleak Ung, Anaïs Albisetti, Vincent Brière et Pedro Consciencia
Diffusion : en cirQuit, Maïlys Dorison

Infos pratiques

Festival en Othe
Urbaka
chalon_dans_la_rue-festival_transnational_des_artistes_de_ru

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *