Cirque

[CDLR] Tremblez, frissonnez: les « Phasmes » sont de sortie!

[CDLR] Tremblez, frissonnez: les « Phasmes » sont de sortie!

21 juillet 2018 | PAR Mathieu Dochtermann

Phasmes de la cie Libertivore, c’est la rencontre d’une très belle écriture de spectacle et de deux interprètes d’exception. Mélange de danse et d’acrobatie, travail sur le duo et l’animalité, c’est une proposition puissante jusqu’à être bouleversante, à la fois technique et pleine de grâce. Le genre de spectacle qui donne la chair de poule, parce qu’il réussit à s’adresser à la sensibilité la plus profondément tapie dans le cœur du spectateur. Incontournable dans le Off de Chalon Dans La Rue, square Chabas à 12h40 et 20h40, pastille 67.

[rating=5]

Phasmes se joue sur tous les terrains, dans tous les dispositifs, mais il faut profiter des conditions exceptionnelles que lui offre le square Chabas à Chalon sur Saône : au pied d’un arbre majestueux et multiséculaire, un cercle de terre répandue à même la pelouse plante un décor qui le magnifie superbement.

Phasmes, c’est beaucoup de choses. C’est une recherche sur l’animalité du mouvement, et l’on ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec l’une des œuvres fondatrices en la matière, Les Mutants de Claire Heggen et Yves Marc. C’est un duo de portés acrobatique d’une rare précision, qui joue à se chercher pour mieux se séparer, et rappelle un peu en cela l’excellent NOOS de Justine et Frédéri. C’est aussi bien de l’acro-danse, qui invoque des rituels primitifs ou chamaniques. Mais ce n’est pas une juxtaposition de tout cela : ce qui fait la force de cette œuvre, c’est le parfait mariage, l’équilibre alchimique réussi de ses éléments, qui permet aux magiciens en piste de transformer la formule en or.

Il faut saluer bien bas la performance exceptionnelle de Voleak Ung et Vincent Brière, qui impressionnent par leur présence et l’intensité de leur interprétation. Pas une expression, pas un regard qui ne soient justes. Une concentration sans faille, qui grandit à l’intérieur pour ensuite exploser en direction du public. Ces deux-là sont ici et maintenant, intensément, et c’est ce qui leur permet, paradoxalement, d’atteindre une transcendance qui les amène au-delà et ailleurs. Techniquement, la précision de leurs gestes, leur souplesse autant que leur puissance, leur permettent avec une facilité trompeuse d’enchaîner les mouvements les plus difficiles. Vincent, le géant barbu, et Voleak, la voltigeuse toute en muscles, sont les interprètes parfaits pour ce spectacle qui fouille l’animalité et l’humanité embrassés dans un même regard.

Les corps s’unissent et se repoussent, roulent dans la terre qui les recouvre peu à peu, sont secoués de spasmes, les portés les emmènent vers le ciel alors même que le sol les appelle si puissamment. La circularité du dispositif permet des évolutions en cercle, des danses guerrières, un jeu du chasseur et de la proie qui pourrait ne jamais trouver d’issue. Le magnifique tronc auquel l’espace de jeu s’adosse renforce la verticalité des figures portées, leur confère un élan qui ouvre le spectacle sur l’Univers entier. Une beauté brute, primale, fondatrice, se fait jour et pénètre peu à peu le public subjugué.

C’est une œuvre extrêmement forte et belle, qui réveille quelque chose d’enfoui chez le spectateur. Une animalité qui n’est pas apprivoisée, mais qui pourtant n’effraie pas, un retour à la terre et au corps qui guide le regard vers le ciel autant qu’à l’intérieur de soi. Le travail d’écriture et de mise en scène de Fanny Soriano est absolument superbe, et mérite d’être applaudi. Le public, nombreux, s’est d’ailleurs levé comme un seul être à la seconde même où le spectacle finissait, pour noyer les interprètes sous un déluge d’applaudissements.

Phasmes joue encore samedi à 20h40 et dimanche à 12h40, square Chabas. Et il serait vraiment dommage de le manquer !

Écriture, mise en scène Fanny Soriano

Collaborations artistiques

Damien Fournier et Mathilde Monfreux

Interprétation Voleak Ung et Vincent Brière

Musique Thomas Barrière

Lumière Cyril Leclerc

Costumes Sandrine Rozier

Visuels : Mathieu Dochtermann

« Certaines n’avaient jamais vu la mer », Richard Brunel donne corps au rêve américain des japonaises au Festival d’Avignon
« L’écorce des rêves », David Nathanson rit de la mort au Off d’Avignon
Mathieu Dochtermann
Passionné de spectacle vivant, sous toutes ses formes, des théâtres de marionnettes en particulier, du cirque et des arts de la rue également, et du théâtre de comédiens encore, malgré tout. Pratique le clown, un peu, le conte, encore plus, le théâtre, toujours, le rire, souvent. Critère central d'un bon spectacle: celui qui émeut, qui touche la chose sensible au fond de la poitrine. Le reste, c'est du bavardage. Facebook: https://www.facebook.com/matdochtermann

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *