Cirque

[Critique] Vous êtes ici au Prato : clowneries métaphysiques

[Critique] Vous êtes ici au Prato : clowneries métaphysiques

19 mai 2014 | PAR Audrey Chaix

Programmé à la fois dans le cadre du festival Prémices #3 orchestré par La rose des vents et le Théâtre du Nord, et dans Les Extravagants du Prato, la compagnie L’Ouvrier du Drame propose un spectacle de clowns plein de finesse et de drôlerie. Sous forme d’une conférence sur l’infinité (ou non) de l’univers, les deux clowns Ten Ten et Moulu mêlent métaphysique et tendres pitreries, avec une belle ingéniosité. 

Le spectacle se déroule clairement en deux parties. Dans la première, Ten Ten et Moulu se cherchent tout comme ils apprivoisent le public et le plateau, posent les limites (un triangle de sécurité routière planté à la limite des comédiens et du public pour bien marquer les choses) et mettent en place leur conférence faite de bric et de broc. Le jeu avec les corps et les visages est remarquable, Marie Filippi et Marjorie Efther se glissent dans la peau des deux clowns avec une facilité déconcertante, nez rouge et visage blanchi, costumes grotesques qui campent les deux personnages avec détermination.

La deuxième partie éclipse néanmoins la première par son inventivité et sa drôlerie. Après les préliminaires, on rentre dans le vif du sujet de la conférence : l’univers a-t-il une limite ? Ten Ten se tient devant un rideau blanc de papier froissé, alors que Moulu braque un rétroprojecteur sur elle. A l’aide d’objets du quotidien posés sur la vitre du rétroprojecteur, Moulu fait voyager Ten Ten de la grande salle du Prato à l’infinité de l’univers : le bar du Prato, la rue, le métro, le périphérique, la campagne, la mer, l’Europe, le monde, la planète… une table signifiée avec trois crayons, une agrafeuse transformée en baleine, des cure-dents pour représenter de l’herbe, un petit panier devient une montgolfière… avant que les rôles ne s’inversent et que Moulu, perché sur une échelle drapée d’une couverture de survie, ne parte explorer l’univers créé par Ten Ten avec un plat en Pyrex, de l’eau, de l’huile et des colorants. La magie opère, le spectacle oscille entre humour et poésie, et le public part à la recherche des limites de l’univers en compagnie de ces clowns un peu doux-dingues.

Ainsi, ce jeu d’ombres chinoises mêlé à la matérialité du corps des deux comédiennes donne une autre dimension à Vous êtes ici. Si la première partie laisse deviner l’inventivité de la compagnie L’Ouvrier du Drame, la deuxième partie met en lumière sa belle débrouillardise, ou comment elle sait faire surgir, d’objets du quotidien on ne peut plus ordinaires, un univers tout neuf – comme au cinéma.

 

Photo © Simon Gosselin. Photo montage : Simon Gosselin et Arnaud Agnel

Infos pratiques

Compagnie Carnets de voyages
Espace culturel Georges Brassens
le_patrot

One thought on “[Critique] Vous êtes ici au Prato : clowneries métaphysiques”

Commentaire(s)

  • VERMEERSCH Valérie.

    Superbe soirée à Roncq, merci aux belles sorties de la LMCU. Magnifique version de If you want to be my lover des Spice Girl entre autres. Un spectacle fait de bric et de broc, enivrant de poésie. Et qui plus est « poilade » assurée qui fait du bien.

    novembre 21, 2014 at 12 h 18 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *