World
[Live-report] Youssou N’Dour, tambours, saxophone et avenir au Cirque d’Hiver (26/09/2015)

[Live-report] Youssou N’Dour, tambours, saxophone et avenir au Cirque d’Hiver (26/09/2015)

27 septembre 2015 | PAR Yaël Hirsch

Dans le cadre du Festival d’Île de France, le chanteur sénégalais et son super étoile de Dakar se produisaient à Paris pour trois dates très attendues au Cirque d’hiver. Samedi 26 septembre 2015, c’est à guichets fermés que Youssou N’Dour se produisait. Un concert généreux (près de 2h30!), tourné vers l’avenir et que la salle a vécu debout, à danser au rythme des percussions qui accompagnaient le roi du Mbalax. Un grand moment de musique dans une errance joyeuse entre Dakar et Paris. 

[rating=5]

C’est pile à l’heure et avec beaucoup d’élégance que Youssou N’Dour est venu présenter sa « première partie », Djiby Dramé et le Dialicounda. Musique traditionnelle, danse, habit mordoré et voix d’une puissante saisissante… le voyage a commencé…

Un peu attendu et présenté, mais pas trop, c’est également vêtu de lumière, dans un costume à la fois parme et brillant, que Youssou N’Dour est entré en scène, rejoignant les nombreux percussionnistes et l’impressionnant saxophoniste-clarinettiste du super étoile de Dakar.

Le programme proposé était très travaillé et peaufiné dans le sens d’un message politique clair par le conseiller spécial du Président Macky Sall. Le sens du show était limpide, même pour ceux et celles qui ne comprennent pas le Wolof : Reprise hypnotisante de sa vision de la femme comme avenir de l’homme avec Peter Gabriel, « Shaking the tree », contraction de trois chansons évocatrices « Partir » « Immigrer » « Solidarité », avec dans ce triptyque toujours cette idée forte (et choquante selon certaine vision du patriotisme à la Française, voir l’article de François-Xavier Gomez dans Libération) qu’il est positif de quitter son pays pour mieux y revenir et surtout lancement du final par « New Africa » avec pour conviction que « L’Afrique c’est pas demain, c’est maintenant » (émotion dans la salle). Hors commentaires du chanteur, dans les textes des chansons choisies, l’universel du message était parcimonieusement mais très clairement formulé en Anglais (Magnifique reprise de « 7 seconds » avec sa choriste).

Bref, Youssou N’Dour a choisi de l’ouvert, du refus de frontières, des envies de communion et d’avenir, beaucoup de choses qui font du bien, et au public français et au public sénégalais, venus nombreux et arrivant petit à petit au fur et à mesure du concert, ouvrant la piste à un mouvement permanent qui équilibrait le côté communion politique en quelque chose de bien plus festif.

Car aux côtés des messages politiques, le concert est resté à chaque instant familial (Youssou N’Dour a souhaité son anniversaire à sa fille avec le magnifique titre « Plus fort ») et rythmé. Alors que le public s’est levé dès le début pour danser, le coryphée de ce grand bal a orchestré quelques logues sessions de bal, des solos de percussions endiablées. Avec une énergie presque magique, le chanteur de 55 ans a enchaîné danses, bœufs, musique traditionnelle avec Djiby Dramé, chorégraphies et couvé d’un bon œil quelques acrobaties de fin, tout ça en demandant au public s’il n’était pas « fatigué ». Youssou N’Dour, lui, était terriblement généreux, et quand il a fallu finalement s’arrêter à 23h, on a eu l’impression qu’il aurait bien poursuivi la fête jusqu’au bout de la nuit.

Aux dernières nouvelles il reste quelques places pour le dernier concert, ce dimanche 27 septembre 2015, de Youssou N’Dour au Cirque d’hiver à réserver par téléphone (0158710101). Pour en savoir plus rendez-vous sur le site du Festival d’Île de France.

visuels : Yaël Hirsch

 

Infos pratiques

Galerie Argentic
Église Saint-Sulpice de Paris
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *