World

Report Mayra Andrade au théâtre Jean Arp Clamart – 05/02/2019

Report Mayra Andrade au théâtre Jean Arp Clamart – 05/02/2019

07 février 2019 | PAR La Rédaction

À l’aube d’une tournée Française et de la sortie de son cinquième album “Manga”. Mayra Andrade s’est produite hier soir au Théâtre Jean Arp de Clamart. Cette chanteuse à la voix puissante, digne représente des Îles Capverdiennes nous présente ces nouveaux morceaux aux sonorités toujours plus actuelles.

Réinventer la musique capverdienne

Cinq ans après “Lovely Difficult” l’album “Manga” s’inscrit dans la quête que l’artiste semble poursuivre depuis son premier album : réinventer la musique Capverdienne. Pari réussit, l’équilibre est trouvé entre respect des traditions et ouverture aux musiques actuelles. Le lien est assuré par sa voix somptueuse et ses arrangements précis. L’album inclut des sonorités afrobeat et électro nouvelles. La langue créole, si douce, amène une sensualité particulière qu’on ne se lasse pas d’écouter.

L’artiste, polyglotte, sublime aussi la langue française qu’elle parle couramment.
On se souvient de la perle : “comme s’il en pleuvait”, unique chanson française de son premier Album “Navega” écrite par Tété. C’est d’ailleurs entouré d’artistes incroyables que Mayra Andrade a su se renouveler et toujours surprendre. Etienne M’bappé, Zézé N’gambi, Marcos Suzano, Nicolas Genet, tant de musiciens de génie amenant chacun leur univers personnel créant un mélange délicieux. Pour son quatrième album, l’artiste s’était rapproché d’artistes de premier plan tel que Benjamin Biolay et Yael Naim lui permettant de toucher un public plus important. Cet album sera d’ailleurs nominé dans la catégorie musique du monde aux victoires de la musique en 2014.

C’est donc fort de ses 20 ans de carrière que la belle capverdienne entre en scène. L’atmosphère intimiste du théâtre Jean Arp et son public d’abonnés à la moyenne d’âge avancée contraste avec l’énergie rythmée que propage sa musique. Le premier titre “Atefo” single de son nouvel album annonce la couleur. On y retrouve des rythmes africains puissants et un son électronique sortant des claviers et multiples pads du batteur. Après plusieurs morceaux, on sent qu’une partie du public, la plus jeune, a envie de se lever pour danser. On voit aussi le public plus âgé se détendre et taper des mains. Le point d’orgue du concert arrive au moment du morceau “pull up” hommage au sound systems des îles. On sent que la chanteuse prend du plaisir et son énergie finit de convaincre les plus courageux à se lever et danser. Elle bouge sur scène et fait preuve d’un charisme impressionnant. Bien loin de la sage interprète de ses débuts. Après avoir fait danser le public, elle sort de scène sous des applaudissements nourris qui la pousse à revenir par deux fois.

Un concert qui donne un avant-goût de la suite…

Le concert, aux allures de répétition générale avant la Cigale le 19 février est parvenus à conquérir le public. Les abonnés se sont joints aux fans pour une très belle standing ovation finale. L’album est un réel tournant pour la chanteuse qui se libère totalement proposant une musique résolument Pop. Elle poursuit sa transformation débutée dans son dernier album, premier de sa collaboration avec le Label Columbia (branche de Sony). Le caractère répétitif et le côté plus “mainstream” de l’album dérangeront forcément les puristes, comme moi, amoureux de “Navega”. Il semble évident qu’elle cherche à s’ouvrir à un plus grand public. Néanmoins, on a hâte de découvrir l’intégralité des chansons sur CD. L’album sort le 8 février !

Texte et Visuels : Luca Juilliard

Les vernissages de la semaine du 7 février 2019
« En attendant Bojangles », la folle danse au Théâtre de la Renaissance
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *