Pop / Rock
Les 15 ans de Marsatac

Les 15 ans de Marsatac

19 septembre 2013 | PAR La Rédaction

Depuis l’été des tags ont fleurit dans le centre ville de Marseille. Vers le cours julien notamment, quartier dit des créateurs, où les graffs font partie du paysage urbain. Mais ceux-là attiraient un peu plus le regard « pensez moins – dansez plus » « que votre volonté soit fête » « du son sur les murs »….disaient-ils. Courant août l’explication de cet investissement urbain a été dévoilée sur les réseaux sociaux. Le festival Marsactac communique sur le mode propaganda cette année.

Depuis 15 ans Marsatac lance la rentrée musicale marseillaise. Après la trêve aoutienne où habituellement les marseillais ne peuvent que profiter du soleil, des bains de mer et de la clim des salles de ciné, le festival relance l’année. Heureusement cette été avec Marseille Provence 2013, capitale européenne de la culture, le mois d’août fut un peu plus fourni et les marseillais ont pu jouir de spectacles de danse, de soirée sur le toit terrasse de la friche belle de mai organisé par Radio Grenouille ou du festival Aires Libres en journée et en plein air dans le parc Borely (organisé depuis 2005, ndlr).
Le festival serait-il en crise d’adolescence cette année ? Une légère rébellion ? Une folie des grandeurs ? En cette année capitale de la culture, Marstac veut afficher Marseille comme la capitale de l’électro. Deux semaines de concerts répartis entre Nîmes et Marseille. Un festival qui continue de s’accroitre, chaque année. A Marseille il s’épanche en dehors du Dock des Suds et investit des lieux plus insolites ou plus institutionnels. Le monstre de la techno de Détroit, Carl Craig est, ainsi, programmé dans une église. Tricky, quand à lui, sera au Silo, une salle de spectacle qui reçoit plus habituellement du Jazz, du classique ou Jamel Debbouze.
Pour parfaire la caricature de l’adolescent, le festival garde, tout de même, une pointe de conformisme en programmant de grosses têtes d’affiche dont Tricky et Carl Craig, les incontournables Sexy Sushi, Dissonant Nation, Cassius, Laurent Garnier….
La clôture du festival s’annonce tout aussi particulière avec la présentation des trois Mixatac au Théatre de la Criée (scène nationale, ndlr). Un projet démarré en 2008 pour la scène. Des rencontres et des créations entre artistes français et méditerranéens. Un travail qui a abouti, en 2013, par la sortie de trois album : Mixatac Essaouira – Mixatac Bamako et Mixatac Beyrouth avec notamment Rodolphe Burger, musicien ayant collaboré avec Bashung et Higelin.
Une quinzième année qui suscite la curiosité, et donne l’envie de découvrir ces différentes ambiances.

Agathe B.

visuel (c) affiche de Marsatac

 

Infos pratiques

Festival Songes d’été
Festival des Inrocks
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *