Pop / Rock
ATTENTION / CONCERT ANNULE / Le Pop Group, légende du post punk de Bristol, revient et débarque à Paris

ATTENTION / CONCERT ANNULE / Le Pop Group, légende du post punk de Bristol, revient et débarque à Paris

15 juin 2015 | PAR Melissa Chemam

Avec un album sorti en février, Citizen Zombie, le Pop Group revient avec un son toujours aussi percutant que sur son dernier, Where There’s A Will… sorti en 1980 ! Ces pionniers du post punk britannique n’ont pourtant pas disparu pendant tout ce temps, et ont surtout inspiré tous les musiciens de Bristol pendant les décennies qui les ont suivi.

Le groupe est en tournée et devait passe par Paris le 20 juin au Social Club. Mais le concert a dû être annulé au dernier moment.

Nous avions profité de l’occasion pour faire un Retour sur le parcours d’une musique qui a marqué les esprits.

Il fut un temps où Mark Stewart, le leader du Pop Group, était le colocataire de Tricky à Bristol, à la fin des années 1980s, c’est même avec lui que le musicien de génie à découvert l’une de ses chanteuses de prédilection, la sublime et ultra talentueuse Martina Topley Bird. Mais il n’a pas influencé que Tricky à Bristol, tout le monde le connaît, et il a partagé de nombreux soirs les platines avec Daddy G, ou Grant Marshall, l’un des DJ les plus connus de Bristol, alors membre du collectif The Wild Bunch et depuis de Massive Attack.

Le Pop Group, à l’origine des débuts musicaux de Bristol

Mark Stewart a fondé le Pop Group en 1977 avec le guitariste et multi instrumentiste Gareth Sager, le batteur Bruce Smith, et les bassistes Dan Catsis, John Waddington et Simon Underwood. Les deux derniers ont depuis quitté le groupe. « Bristol est une petite ville », raconte Mark que j’ai joint lors du passage en concert à Londres. « La plupart des musiciens qui travaillent encore dans la ville sont des amis de longues dates, nous avons fait nos armes dans les mêmes clubs. Nous avons gardé contact. Moi, depuis les années 1981/82 et la fin du Pop Group, j’ai eu des projets solo, j’ai croisé Björk, Nine Inch Nails, Massive Attack ».

Et tous lui disent régulièrement que la musique du Pop Group a été une inspiration pour eux, son énergie, ses paroles radicales, son héritage punk. Et c’est ainsi que récemment est venue l’idée de ressortir certains morceaux. Mais les membres du groupe décident qu’il est important de produire de nouveaux titres. « Je vivais à Berlin à cette époque et en 2010 le festival All Tomorrow’s Party avait choisi le réalisateur de la série américaine The Simpson comme curateur. Il a voulu inviter aussi bien Iggy Pop que moi et nous a demandé de reformer nos groupes ! Ce fut une véritable explosion volcanique ! ».

Une rébellion libératrice menée depuis les années Thatcher

L’expression convient bien à Mark Stewart. Doté d’une énergie sans borne, d’un talent d’orateur, d’un humour très West Country, et d’une voix puissante, il a toujours cru dans le pouvoir débridé de la musique, dans son caractère libérateur et rebelle. « Sans le mouvement punk, des gens comme moi auraient passé leur vie dans une usine », insiste Mark Stewart.

Les membres de son groupe et ses collaborateurs ont en effet fait leurs armes dans la Grande-Bretagne de Margaret Thatcher, aux heures noires de la récession, « et cette musique nous a donné une confiance folle », ajoute-t-il, « le punk fut une véritable révolution, une sorte de ‘prise de la Bastille’ culturelle, qui nous a permis d’ouvrir les frontières de notre créativité, de remettre en question l’essentiel, aussi bien la politique que nos relations personnelles. Les Clash, les Sex Pistols, le slogan ‘No Future’, ils étaient brillants et avaient une colère qui devenait une énergie positive ». Le Pop Group, tout comme ses idoles punk avant lui, s’engage alors politiquement, dans ses paroles mais aussi dans ses concerts, inspiré par série de live nommée Rock Against Racism, lancé en 1976 par plusieurs groupes punk.

Pour leur dernier album, le groupe a voulu un titre qui reflète leurs opinions. « Citizen Zombie est une déclaration sur notre civilisation à un tournant technologique, où les citoyens sont désormais plus enfermés dans leur cage digitale que libérés par les nouvelles technologies », explique Mark. « Et nous souffrons tous de la distraction constante qu’est devenue l’obsession de la consommation. Je vis mon travail de compositeur comme celui d’un journaliste, pour moi il est important de regarder le monde en face et de s’interroger pour aider les autres à faire de même ». Le dernier clip pour le titre ‘Mad Truth’, réalisé par l’actrice et réalisatrice italienne Asia Argento, témoigne de cette énergie.

L’album, « Citizen Zombie » est de ce point de vue un des meilleurs du groupe. Même énergie, même son post punk, mais contemporain, enduit de paroles coup de point comme dans le titre ‘Nations’, sur nos nations modernes et ses citoyens, concluant : ‘We’re all addicted to something / Money / Sex / Television / Paranoia / Notoriety’. « Nous sommes tous dépendant à quelque chose… ». Et il s’agit de s’en libérer, en musique !

Le Pop Group sera à Paris au Social Club le samedi 20 juin 2015. Réservation, ici.

Et le clip d’Asia Argento:


visuels : photos officielles du groupe

Infos pratiques

Galerie Alain Daudet
Centre de l’Imaginaire Arthurien
Eugenie Belier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *