Pop / Rock

James Blunt électrise le Zénith de Paris

James Blunt électrise le Zénith de Paris

09 novembre 2017 | PAR Sarah Dray

En tournée aux quatre coins du monde, James Blunt était de passage à Paris, mardi 7 novembre. Avec ses chansons entraînantes et son énergie incroyable, il a enflammé le Zénith. Nul doute que les parisiens présents garderont un magnifique souvenir de cette soirée.

Quand James Blunt entre sur scène au Zénith, on voit tout de suite qu’il est en très grande forme. Porté par ses musiciens et par une de ses chansons les plus rythmées, il annonce la couleur : le concert sera survolté.

Le public, qu’il entraîne dans le sillon de son énergie, est plus que prompt à participer. Chanter, danser, frapper dans les mains, à la demande de l’artiste, ils ne se font pas prier.

Lui, en échange de leur enthousiasme, offre des moments d’humour et d’intimité lorsqu’il plaisante avec le public ou qu’il raconte des anecdotes liées à son répertoire. Tout au long de sa prestation, il s’interrompt de nombreuses fois pour communiquer avec ceux qui se sont déplacés pour l’applaudir. Il fera même très souvent l’effort de dire quelques phrases en français.

Si les chansons hautes en couleur sont majoritaires pendant le concert, James Blunt entonne également ses ballades, grands classiques qui ont séduit le public à ses débuts.

Ainsi, alors qu’il s’assoit au piano, chacun sait qu’est venue l’heure de « Goodbye my lover ». Tout en émotion, James Blunt offre à ses fans un moment très intense et très sincère.

Puis il repart de plus belle, troquant sa guitare contre un ukulélé, il communique une bonne humeur très appréciée du public.

Mais ce n’est rien face à LA folie qui s’empare du Zénith quand il chante enfin « You’re Beautiful ». On se rappelle que c’est LE tube qui l’a fait connaître en France et à travers le monde. Bien informé, James Blunt fait même une allusion à l’amour est dans le pré, émission qui a longtemps utilisé cette chanson comme générique.

Vers la fin du concert, le public est encore plus en forme et ne cesse de taper des mains. Électrisé, il ne veut pas que le concert s’arrête. James Blunt, qui assure le show jusqu’au bout, va jusqu’à monter sur son piano et s’en servir comme d’une planche de surf.

Il remercie plusieurs fois le public parisien d’être venu et retourne en coulisses sous les applaudissement d’un Zénith plus que séduit. Pour sûr, l’artiste aura tout donné et ce concert restera dans les mémoires.

Visuel :© SD

[Chronique] de l’album « Géopoétique » Retour triomphal du maître Solaar
« La rivière à l’envers : Tomek », un condensé de rêverie et de poésie au Mélo d’Amélie !
Sarah Dray

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *