Pop / Rock

faUST : notre jour de jouir est arrivé

faUST : notre jour de jouir est arrivé

05 mai 2017 | PAR Antoine Couder


Issu d’un combo Krautrock du début des années 70, les agités de faUST oscillent entre musique organique et délire électronique. Underground, comme on disait avant …

Et Faust devint faUSt … la formation d’origine allemande est aujourd’hui rangée du côté des formations cultes pour avoir façonné les premiers soubassements de cette krautmusic considérée comme une branche dure de la musique progressive c’est-à-dire répétitive et bruyante, inspirée par la musique contemporaine dont l’Allemagne est justement une avant-garde. Il y a donc un peu de King Crimson et de Frank Zappa dans les premiers albums de Faust, il y a également beaucoup d’humour dada et une expérimentation tout azimut.

Le groupe évidemment finit par se dissoudre sans que l’on sache trop comment, pour renaître de ses cendres au début des années 90 avec Werner Zappi Dirmeier et Jean-Hervé Peron. Les deux compères poursuivent aujourd’hui l’aventure après avoir trouvé dans la musique no-wave de Sonic Youth notamment une ouverture vers une évolution plus rock, marquée par la musique industrielle et la scène EBM (electric Body music). On pourrait également citer Ulan Bator et Richard Pinhas que l’on retrouve sur leur label hambourgeois Bureau B qui produit ces zombies 70’. Le duo enregistrera notamment en 2014 avant de créer ce nouvel album “Fresh air” qu’il faudra prendre le temps d’écouter afin de pouvoir pleinement l’apprécier.
Malheureusement, on ne verra pas le groupe en France (sinon au R.I.O festival de Carmaux le 15 septembre) et c’est bien dommage car toute l’énergie de l’album, enregistré au fil d’un parcours de 28 jours aux Etats-Unis est un condensé rock, chauffé à ce que l’on pourrait appeler de la “musique expérimentale” et accompagnée de textes drôles et mystérieux, souvent chantée en français qui dénotent totalement avec ce que l’on peut entendre aujourd’hui, même si on sent bien à chaque morceau en quoi cette musique est liée avec son passé (le très Gong “Birds of Texas”).

On conseille l’agité “Lights Ficker”, voix lancée en pleine descente vers l’enfer sous tension électrique et guidée par un saxo fou ou, encore, l’étrange et très punk “Poulie” où le mode d’emploi du chef d’atelier devient chant décalé et nerveux qui nous renvoie au style des petits frères musicaux d’aujourd’hui, Mendelsohn et Michel Cloup. Fresh air comme son nom l’indique ouvre grandes les fenêtres sur l’horizon, c’est un disque à l’ancienne mais pas ancien et donc pas du tout démodé qui se pique même d’un moment politico-gainsbourien avec son “Chlorophyl” qui promet des jours meilleurs aux “enfants de l’anarchie” pour qui “le jour de jouir est arrivée” Il était temps !
Fresh air, Bureau B, disponible 5 mai

Elle est lui, être transgenre et venir de Roumanie
Les soirées du weekend du 5 Mai
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », une autofiction portée par l’histoire de la musique enregistrée qui a été sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il écrit actuellement une fiction anthropologique se déroulant entre l’Allemagne, la Suisse et la France.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *