Musique
Live-Report: Un dimanche aux Solidays

Live-Report: Un dimanche aux Solidays

26 juin 2017 | PAR Victoire Chabert

Entre rock, folk, électro et hip-hop, la 19ème édition Solidays a battu son plein avec une affiche qui a fait se croiser, avec succès, têtes d’affiche incontournables et sensations du moment.

L’édition 2017 de Solidays s’est achevée hier après d’intenses festivités. Le festival riche de sens nous a offert, pour ce troisième et dernier jour, de beaux concerts. C’est avec une performance énergisante de Mat Bastard que nous avons commencé la journée. L’ex leader du groupe de rock punk français Skip the Use était de retour aux Solidays et cette fois ci en solo. La bête de scène a joué son nouvel opus LOOV lors d’un live explosif à l’image de sa légende de « frontman » hors pair. Avec des titres aux paroles authentiques et percutantes, comme « More than friends », « Wild » ou encore « Honestly », sa musique engagée nous a donné la pêche. Entre rock effréné parfois punk, pop et urbain de temps à autre, avec une touche d’électro quand il faut, ses morceaux, plus personnels, affirment davantage de convictions.

Ensuite, nous avons filé voir Imany qui était pour la première fois à Solidays et ce pour notre plus grand plaisir ! Cette chanteuse qui s’impose comme une artiste à la fois glamour et authentique, a été bercée par le jazz et le blues. Attirée par le folk et le rock, sa musique les mélanges avec des influences soul. On connaissait le remix de son titre « Don’t be so shy » qui lui a valu un succès d’abord national, puis international. En live, Imany confirme son talent par sa magnifique présence et ses chansons entrainantes.

Pour le couché de soleil, « Sunset Lovers » de Petit biscuit nous a fait planer. À tout juste 17 ans, sa stupéfiante maturité artistique a très vite attiré l’attention des médias. Ses titres hypnotiques et poétiques d’inspiration world ont aussi fait craquer Solidays. Ce petit prince de l’électro nous a fait vivre un moment magique, hors du temps

.

Enfin, pour le concert de clôture, les festivaliers ont eu le droit à un habitué de Longchamp, -M. En alliant son univers à celui des musiques traditionnelles du Mali, il fait un retour éclatant avec son nouvel opus Lamomali. Il crée une alchimie de cultures et de personnalités, portée par les artistes maliens Toumani et Sidiki Diabaté, et sublimée par la voix de Fatoumata Diawara. Son live, une fête sur scène plus qu’un concert, a rassembler (TOUT) le monde. Un véritable show, sous le signe du partage et de la convivialité au cours duquel on a pu lui dire combien on l’-M- !

Plus que du simple divertissement, Solidays est aussi le rendez-vous du débat, du dialogue et de l’implication. À travers les conférences éclairantes du Forum Café, les moments forts tels que la Cérémonie d’hommage aux victimes du sida, les rencontres inspirantes avec les 100 associations du Village Solidarité et les expositions aussi instructives que ludiques telles que Sex in the City, Solidays fait chaque année rimer musique, plaisir et solidarité.

Visuels: Victoire Chabert

 

 

Rolando Villazón nommé directeur artistique de la Semaine de Mozart à Salzbourg
Harry Potter souffle sa vingtième bougie !
Victoire Chabert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *