Classique
Glass Les Enfants Terribles –Récital – Katia et Marielle Labèque

Glass Les Enfants Terribles –Récital – Katia et Marielle Labèque

10 novembre 2021 | PAR La Rédaction

Dans le cadre de son week-end consacré aux Pionniers Américains, la Philharmonie de Paris proposait ce dimanche, après des œuvres de Ives, Crumb, Feldman et Reich, un récital Philip Glass pour deux pianos par Katia et Marielle Labèque.

Par Didier Duplenne 

Est-ce dû à ses années parisiennes quand il étudiait auprès de Nadia Boulanger ? En tout cas, Philip Glass aime Cocteau et il y trouva l’inspiration pour une trilogie écrite dans les années 90. Il composa un opéra de chambre sur Orphée, un format original de  »ciné-opéra » sur La Belle et la Bête (donné à la Philharmonie en 2015), et un opéra dansé sur Les Enfants Terribles qui sert de base à l’œuvre présentée ici.

Le roman éponyme de Jean Cocteau conte la vie d’un frère et d’une sœur qui vivent enfermés dans leur chambre dans un monde de jeux, de rêves mais qui deviendra, alors qu’ils grandissent, un univers toxique et destructeur. Il a fait l’objet de plusieurs autres adaptations dont un film de Melville et une pièce de théâtre.

De l’opéra créé en 1996, le collaborateur et chef d’orchestre quasi officiel de Philip Glass, Michael Riesman a extrait dix scènes qu’il a transcrit pour 2 pianos. Démarrages vifs, fin abruptes, répétitions lancinantes ornées de variations subtiles, on reconnaît là bien Glass, un des inventeurs de la musique répétitive américaine ; mais cette partition avait l’allure moins ordonnée que ce que l’on connaît de ce compositeur, à la fois familier mais toujours surprenant. La première partie du concert était consacrée aux Quatre Mouvements pour Deux pianos, une œuvre de 2008.

Katia et Marielle Labèque doivent une grande partie de leur renom à leur travail sur Gershwin ou des compositeurs plus classiques, mais il faut se souvenir qu’elles ont commencé leur carrière en jouant Messiaen, et que Philip Glass avait déjà composé pour elle il y a quelques années le très brillant Concerto pour Deux Pianos et Orchestre. Katia joue avec beaucoup de fougue, Marielle est plus réservée dans sa manière, elles forment un duo merveilleux et, détail émouvant, saluent et quittent la scène en se donnant la main.

La salle était pleine, le public très enthousiaste et, en premier rappel, les deux sœurs nous offraient un très rêveur Jardin Féérique de Ravel (‘’un compositeur qui a beaucoup compté pour Philip Glass’’) puis en second rappel une version plutôt jazz de West Side Story, dans un esprit plus festif.

Le public aime Philip Glass et La Philharmonie le programme régulièrement : la trilogie Qatsi il y a 2 ans, Passages (sa collaboration avec Ravi Shankar) l’an dernier, alors on espère qu’il sera à nouveau au programme des saisons prochaines. On pourra déjà en entendre en mai lors du concert de Naki Namekawa.

Livre

‘‘Paroles sans musique’’ de Philip Glass

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Christophe Jaquet

Collection Écrits de compositeur 384 pages • 15 x 22 cm • 26 € ISBN 979-10-94642-09-2 • Février 2017

CD

GLASS Les Enfants Terribles / Katia & Marielle Labèque – Disponible chez Deutsche Grammophon

 

Visuel : Laetitia Larralde 

Le Carnaval des animaux raconté par Alex Vizorek, à l’auditorium de radio france 
L’agenda cinéma de la semaine du 10 novembre 2021
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture