Classique

Le Concerto pour Violon de Prokofiev par Repin et l’Orchestre Philharmonique de Radio France

Le Concerto pour Violon de Prokofiev par Repin et l’Orchestre Philharmonique de Radio France

25 novembre 2017 | PAR La Rédaction

Vadim Repin, l’Orchestre Philharmonique de Radio France dirigé par Mikko Franck et le Choeur de Radio France proposaient un programme très varié ce vendredi 24 novembre 2017 à Maison de la Radio, avec de la musique de chambre, un concerto pour violon, de la musique pour chœurs et une grande symphonie.

[rating=4]

En début de concert, quel bonheur que d’entendre l’ouverture sur de thèmes juifs de Prokofiev, oeuvre rarement jouée et interprétée sans bavures et très (trop?) proprement par sept musiciens de l’OPRF. On comprend pourquoi cette œuvre, présentée ici dans sa version de chambre initiale, connut un succès immédiat qui poussa Prokofiev à en faire une version orchestrale par la suite. Celle ci est à mon sens beaucoup plus intéressante à entendre.

Vient ensuite le Concerto pour violon n°2 de Prokofiev, œuvre rarement jouée elle aussi car on lui préfère plutôt le premier concerto du même auteur. Celui ci est plus romantique, d’une couleur souvent proche des grands ballets du compositeur et la palette d’expression du violon du grande richesse. Idéal pour l’un des plus grands violoniste du monde, Vadim Repin, parfait du bout en bout. Dans le premier mouvement l’orchestre et le violon se cherchent un peu, problèmes de mise en place et d’incision dans l’orchestre et Mikko Franck ne suit pas toujours le violoniste, quelques coup d’œil de ce dernier le remette dans le droit chemin. Suivent le superbe deuxième mouvement et sa battue presque de chanson pop d’où s’échappe une des plus belles mélodies du compositeur. Ici le soliste et l’orchestre semblent en osmose. L’on sent un retour de manque de « groove » et de cohésion dans l’orchestre dans le troisième mouvement et c’est un peu dommage tant le swing imposé par Vadim Repin était communicatif. Peut être que Mikko Franck aurait pu mieux suivre le soliste et lui insuffler l’énergie nécessaire à l’orchestre. Mais tout est bien qui finit bien, tout le monde termine ensemble sous les bravos du public.
La première partie se termine par un superbe bis de Vadim Repin, ayant fait participer en accompagnement de pizz les musiciens de l’orchestre sur des variations de Paganini et qui montre encore qu’il utilise son violon comme un enfant utiliserait un jouet, avec une facilité déconcertante.

Ensuite, Le Chœur de radio France a été impeccable de justesse, nuances et force dans deux Lieder de Mendelssohn. Le public ovationne la belle sincérité qui se dégage de ces voix et qui touche au cœur. On en aurait bien pris 10 minutes de plus.

Pour terminer, la soirée, le programme nous offre Mendelssohn et sa symphonie n°5, une grande œuvre du compositeur allemand qui rappelle la passion pour Bach du compositeur. Profession de foi aussi, le compositeur juif devenu protestant sous les conseils et l’éducation de son père, utilise ici les thèmes des cantates protestantes de Bach en y intégrant son art du contrepoint et son audace orchestrale. Chorals de cuivres dès le début, fugue de cordes, écriture de bois lumineuse et cette magique arrivée du contrebasson en unisson avec le trombone basse dans le final, qui est un des plus beaux effets orchestrais.

Le public ovationne une superbe direction de Mikko Franck qui, à partir du deuxième mouvement, et jusqu’à la fin s’est tenu debout à côté de son pupitre. Le détail des phrasés, la précision des attaques, les nuances parfaites, un rien d’exubérance dans le traitement des cuivres et des timbales, les envolées précises et rondes des violons, bref une fluidité parfaite et une maîtrise du langage de cette symphonie. Ça va mieux quand on se lève! Et nous avons eu envie de le faire à la fin pour ces deux grands musiciens que sont Vadim Repim et Mikko Franck.

visuel : ® Gela Megrelidze

Thomas VDB dans « Bon chien chien »
La playlist des commentaires
La Rédaction

2 réflexions au sujet de « Le Concerto pour Violon de Prokofiev par Repin et l’Orchestre Philharmonique de Radio France »

Commentaire(s)

  • Marie-Christine

    Oui,très belle soirée dominée par Vadim Repin, exceptionnel d’un bout à l’autre du concerto, en dépit d’un accompagnement orchestral pas toujours convaincant.

    novembre 27, 2017 at 16 h 05 min
  • J’ai eu l’occasion d’entendre le direct et c’était un régal !

    novembre 28, 2017 at 11 h 04 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *