Musique

34ème éclosion pour le Printemps de Bourges

13 avril 2010 | PAR Cecile David

Toujours fidèle à sa politique d’ouverture aux genres musicaux les plus divers, Bourges parsème cette fois-ci son champ printanier de voix venues d’Afrique du Sud. Le soleil est à l’honneur en cette saison 2010, une mise en bouche avant l’été ?

Les racines du Printemps

1977, premier Printemps sur Bourges. La Maison de la Culture soutient le projet issu de la collaboration de trois hommes du spectacle, Alain Meilland, chanteur et comédien, Maurice Frot, ancien collaborateur de Léo Ferré et Daniel Colling, agent de spectacle. Une histoire commence. 80 concerts assurés par près de 200 artistes dans une dizaine de lieux différents. Au fil du temps, les genres se mélangent, les cultures se rencontrent, les nouveaux talents se font un nom.

Les années 80 donnent un souffle nouveau au festival. De la scène française classique (Yves Montant, Francis Cabrel) aux nouvelles tendances (Indochine, Daniel Balavoine), Bourges ouvrent ses portes à l’esthétique du rock nouveau. The Cure s’impose en 1982. Un an plus tard, U2 déchaîne la foule. Le plus : l’apparition en 1986 du concept des Découvertes dont le principe est de mettre à l’honneur les nouveaux talents. De là naît le terme « scène ouverte », devenue la marque de fabrique du Printemps de Bourges.

Les années 90 sont celles de l’imposition du rap dans l’univers musical français (Public Ennemy en 1990 et NTM l’année suivante) mais aussi la découverte de la world music avec l’émergence d’artistes tels que Youssou N’Dour, Cheb Mami, Papa Wemba ou encore Madredeus.

Le Printemps de Bourges, un festival trop hétéroclite ? Les organisateurs ont pris un risque en élargissant à tel point leur panel d’artistes. Le risque de voir leur public se noyer dans cette marée de styles. Les années 2000 sont celles de la remise en question. Les organisateurs revêtent leurs vestes des débuts pour retrouver l’esprit qui a fait la force du Printemps. En conviant aux festivités des personnalités telles que Yann Tiersen, Dionysos, Bénabar et Franz Ferdinand, le festival a rendosser son costume tant apprécié de dénicheur de talents décalés.

2010 : une composition aux couleurs de l’Afrique

Du nouveau style de -M- aux chansons engagées de Diam’s en passant par les BB Brunes, le groupe Nada Surf et les tant attendus Iggy & the Stooges, le festival propose une tête d’affiche riche de par sa diversité.

Coup de cœur pour la création « Les Françoises » qui réunit sur scène le vendredi 16 avril sept femmes adeptes de chansons à textes. Sont mises à l’honneur Jeanne Cherhal, Camille, Emilie Loizeau, Olivia Ruiz et autres petits bouts de femmes qui ont su imposer leur style sur la nouvelles scène française. Elles prennent un malin plaisir à jouer, retravailler et enjoliver leurs titres phares pour une ambiance bon enfant au Palais d’Auron.

En dehors des plus ou moins attendus artistes à l’affiche, l’accent est cette année mis sur des sons plus improbables venus d’Afrique du Sud.

De White Lion à Gazelle, Xander Ferreira est un reggaeman qui ose. Il entremêle musique traditionnelle et sons synthétiques pour une symbiose audacieuse mais réussie. Une curiosité, un groupe qui vaut le détour.

Ben Sharpa incarne de son côté le melting-pot à lui seul. Influencé à la fois par le rap américain que par les tendances britanniques en passant par le reggae jamaïcain, l’artiste inclassable joue également avec les sonorités venues d’Afrique.

Un « spécial mash-up set » vous est également proposé avec trois noms incontournables de l’électro du Cap : Playdoe, Sweat X et The Real Estate Agents.

Sont aussi au programme Tumi and the Volume, BLK JKS, 340 ML et Nibs Van Der Spuy.

Pour en savoir plus sur les informations pratiques, le profil des artistes et les petites curiosités du festival, rendez-vous sur le site officiel.

Infos pratiques

Spike Jonze et Acade Fire réunis pour une nouvelle collaboration
« Diamond Eyes » : le nouveau clip de Deftones
Cecile David

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *