Jeunesse

Loupé, un livre à prendre avec patience

Loupé, un livre à prendre avec patience

16 avril 2018 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Il y a quelques mois, Christian Voltz publiait Loupé ! chez Rouergue, un jeune public sur l’attente qui s’avère être d’une fine intelligence.

C’est le genre de livre pour enfant que l’on peut louper justement. Car ici, tout se niche dans le détail au point que plusieurs mois après la première lecture, on découvre encore des choses merveilleuses.

C’est un pas de deux entre un petit jeune et un petit vieux. A la première lecture on ne se rend pas compte du « spectacle », nous non plus ! Lui écoute de la musique métal  à fond, collé à son téléphone, pendant que lui, canne à la main, regarde ce qui se passe autour. C’est un huis clos à un arrêt de bus. Il ne se passe rien en apparence.

A la relecture, on découvre la faune et la flore urbaine, bien plus riche que l’on pouvait le penser. Et là tout arrive pendant les longues minutes d’attente. Une chenille deviendra papillon, une fleur sera butinée, et des fourmis auraient mieux fait de rester planquées.

C’est drôle, extrêmement graphique, ici les textes sont rares. Loupé est un livre à regarder patiemment.

Loupé ! , Christian Voltz, Rouergue, 2017

Décès du cinéaste Vittorio Taviani
Vernon Subutex de Virginie Despentes sélectionné pour le Man Booker International Prize.
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *