BD

Le festival Pulp : La bande dessinée au croisement des arts

Le festival Pulp : La bande dessinée au croisement des arts

20 avril 2017 | PAR Laetitia Larralde

Ce week-end se tiendra la quatrième édition du Pulp Festival à la Ferme du Buisson. Sous-titré « la bande dessinée au croisement des arts », le festival  explore les différentes façons d’aborder la bande dessinée avec expositions, spectacles, performances, conférences, et plus encore.

Par Laetitia Larralde

Plusieurs auteurs ont investi différents lieux de la Ferme du buisson avec leurs expositions, dont certaines créées pour le festival.

Zeina Abirached donne une nouvelle dimension à son Piano Oriental, ouvrage publié en 2015 dans lequel elle raconte l’histoire de son aïeul, inventeur du piano permettant de jouer le quart de ton de la musique orientale. Un instrument bilingue, comme elle, élevée entre l’arabe et le français. On entre dans l’exposition comme dans un piano : l’espace est entièrement noir et blanc, et le son est omniprésent, complétant ainsi l’album par la musique. Dans la dernière salle on découvre le piano oriental, fabriqué en Belgique, et dont certains visiteurs pourront écouter le son si particulier pendant les improvisations du pianiste Stéphane Tsapis autour d’une lecture dessinée de Zeina Abirached.

François Olislaeger installe dans les écuries Ernest et la quatrième dimension. Chaque stalle contient un nouveau dispositif qui emmène son personnage, tombé dans une case de bande dessinée, de la 2D à la 3D. Les cases se déploient et prennent du volume, jusqu’à devenir une pièce à part entière, avec son personnage en chair et en os. Et la quatrième dimension ? Le visiteur lui-même la crée, par le temps qu’il met à lire, puis à vivre l’histoire.

L’exposition de Liv Strömquist, Le Divan de Liv, est inspirée par deux de ses albums : Les sentiments du Prince Charles et L’Origine du monde. On s’interroge ici sur le sentiment amoureux, et sur le corps féminin. Liv Strömquist pointe du doigt les disparités entre hommes et femmes. Freud et ses collègues qui se sont intéressé d’un peu trop près au sexe féminin sans réellement parvenir à le comprendre ne ressortent pas indemnes de l’analyse de l’auteur.

Le Manchot mélomane de Nicolas de Crécy, créé à Quimper et présenté ici augmenté d’une première partie, s’intéresse à Paul Wittgenstein.  Frère du philosophe Ludwig Wittgenstein et lui-même pianiste, il a perdu sa main droite pendant la première guerre mondiale et a malgré tout persisté à jouer du piano. En utilisant diverses techniques telles que la peinture, la sculpture, ou la gravure, Nicolas de Crécy raconte l’histoire de cette main disparue, le sentiment de perte et la douleur de toujours la sentir. La première partie de l’exposition confronte les planches de l’artiste à une sélection d’œuvres d’auteurs qui l’ont influencé, choisies dans la collection personnelle de Michel-Edouard Leclerc.

Le Pulp Festival propose tout au long du week-end cinq spectacles, dont deux inédits. Dans Animal moderne, de Philippe Dupuy et Arthur B. Gillette, quatre dessinateurs, trois musiciens, un acteur et un chanteur  créent devant les spectateurs un labyrinthe de dessins à grande ou petite échelle, de musiques et de textes, dans une interprétation libre du film Brazil. Dark circus, créé à Avignon en 2015, reprend une histoire de Pef, mêlant dessin et musique. Avec une approche comparable, Le Circaète adapte Presque de Manu Larcenet et Romance transpose un imagier de Blexbolex dans un atelier rempli d’images, de marionnettes et de musique.

Exquises esquisses sera animé cette année par l’autrice Loo Hui Phang. Plusieurs dessinateurs devront improviser devant le public en réponse à des défis graphiques,  et dimanche 23 ils s’attaqueront en direct à la soirée électorale.

A ne pas manquer vendredi soir, un moment de poésie : au cours de la soirée d’inauguration, l’artiste Muma, aidé de 200 volontaires, installera 20 000 bougies selon des dessins choisis avec Cosey, lauréat du Grand prix du festival d’Angoulême 2017, dans les espaces extérieurs de la Ferme.

Pulp Festival

Du vendredi 21 au dimanche 23 avril, expositions jusqu’au 14 mai

La Ferme du Buisson – allée de la ferme, Noisiel

lafermedubuisson.com

Visuels :

©François Olislaeger
©Zeina-Abirached
©Expo De Cr®cy Le Quartier ® FHEL 2016 Photo-Argyroglo

 

Infos pratiques

Théâtre des Champs Elysées
Festival les Plans d’avril
Rotenberg-Sophie

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *