LE VIDE-ESSAI DE CIRQUE – à la Ferme du Buisson

LE VIDE-ESSAI DE CIRQUE – à la Ferme du Buisson

13 mars 2017 | PAR Rotenberg-Sophie

Le cordeliste se hisse sans vertige. Et nous, sur le fil tendu de l’émotion, le regardons. Frisson. Fatalement, il exécute le même geste, se laisse pendre dans le vide, s’accroche et chute. C’est là un des fondements de la pratique du cirque : l’essai, la répétition, l’effort, la persévérance. C’est là l’éternel recommencement, l’absurdité de l’existence.

Un radio k-7 grésille et une voix nous interpelle. Albert Camus écrivait en 1942 l’essai Le Mythe de Sisyphe. Pour avoir défié les Dieux, le héros grec est condamné à pousser un rocher au sommet d’une montagne. Avant d’atteindre son but, la pierre roule vers la vallée. Et Sisyphe recommence son ascension. « La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un cœur d’homme »…

Fragan Gehlker – jeune funambule vertical, Alexis Auffray – créateur son et violoniste, et Maroussia Diaz Verbèke – dramaturge, artiste de cirque et cofondatrice du remarqué Ivan Mosjoukine, signent avec cette première création un geste artistique inaugural puissant. Brut et beau, Le Vide est une fabuleuse métaphore de la vie.

Notre beauté fixe – Inédits
MA MERE L’ALGERIE – à la Ferme du Buisson
Rotenberg-Sophie