Cinema

Pascal Signolet, directeur du Festival Atmosphères [Interview]

Pascal Signolet, directeur du Festival Atmosphères [Interview]

12 octobre 2018 | PAR Yaël Hirsch

Pour la 8e fois, le Festival Atmosphères utilise l’art et la création pour décrypter le monde d’aujourd’hui, cartographier les enjeux sociétaux et ouvrir sur des solutions avant-gardistes. Du 9 au 14 octobre, sous le parrainage de Sébastien Folin , Jean Jouzel, Pierre Richard et Michel Spiro, cet événement nous invite à « rêver le 21e » siècle à Courbevoie. Entretien avec son directeur, Pascal Signolet.

Comment fonctionne le cocktail : films+ science + débats ?
le festival Atmosphères croise les univers des cinéastes et de ceux qui les inspirent souvent les scientifiques et les pionniers du développement durable. Les films sont là pour vivre des émotions en commun et soulever des questions auxquelles répondent bien volontiers les scientifiques mais en dépassant les idées reçues avec la précision qui est la leur. De plus en plus nous avons besoin de leur expertise pour nous faire une idée précise de la situation au regard de tous les défis qui nous attendent mais aussi des espoirs que peuvent soulever leurs travaux de recherche.

Atmosphères est il un des plus grands événements de la fête de la science ?
Nous sommes simplement heureux de participer à cette Fête de la Science au sein de laquelle il n’y a pas de petit ou grands événements c’est un tout

Qui vient au festival Atmosphères ? Comment le public participe- t-il aux débats ? 
Etant donné que le festival Atmosphères est gratuit et qu’il est construit pour le grand public je crois qu’on y retrouve absolument toutes les catégories de la population certains viennent pour les films, d’autres pour les débats ou expositions et finalement s’intéressent à d’autres propositions du programme ou veulent approfondir un sujet au cours d’un débat , nous souhaitons à la fois divertir et informer , débattre de solutions . Le public intervient toujours dans la salle avec des questions et bien souvent les échanges se poursuivent après les séances. Nous avons un grand nombre de scolaires de tous âges et de lycéens qui viennent assister à des projections dédiées ou des ateliers , par exemple l’observation de l’univers, le fonctionnement de la Nature, les éco-villages ou l’intelligence artificielle pour les plus grands. Nous avons aussi des restitutions de travaux effectués au cours de l-‘année avec des making-off que nous avons tournés sur place avec eux.

Vous avez réuni jeux vidéos et réalité virtuelle en un grand week-end. Pouvez vous nous en parler ?
On entend souvent parler des addictions des jeunes générations aux jeux vidéo, de la perte de réalité possible avec la VR qui ouvre de nouvelles immersions. Et si le virtuel avait aussi son rôle à jouer dans l’urgence sociale et écologique ? Et si il permettait des prises de conscience sans pareil pour accélérer le changement de modèle de notre civilisation ? Nous souhaitons montrer à travers des démonstrations de jeux vidéos éthiques et de réalité virtuelle que le formidable potentiel qui est le leur , rien de tel que de pratiquer pour s’en convaincre et d’en débattre pour aller plus loin.

Pouvez vous aussi nous parler des parrains aux horizons divers ? 
Nous avons toujours depuis les début souhaiter présenter deux parrains ou marraines , l’un côté cinéma et arts et l’autre côté sciences ou développement durable ce qui donne immédiatement une idée de ce qu’est le festival Atmosphères , il me faut ajouter que le choix se porte sur des personnalités engagées. Sébastien Folin est le parrain permanent, président d’honneur et animateur, membre de notre association lui aussi très engagé. Michel Spiro, actuel président de l’union mondiale des physiciens et ex Président du conseil du CERN a toujours milité pour la coopétition, terme qui illustre la collaboration de la communauté scientifique internationale , véritable modèle de société dont il serait bon de s’inspirer, il a également signé le pacte Finance Climat et fait partie de notre comité de soutient scientifique avec Hubert Reeves et Jean Jouzel. Pierre Richard lui est très investi auprès des indiens d’Amazonie pour la préservation de leur Territoire mais aussi auprès des indiens Kogis en Colombie.

Comment s’est faite la rencontre avec Shaka Ponk ?
Avec Shaka Pont la rencontre s’est faite en direct avec du lancement du collectif The Freaks dont nous apprécions la démarche de proposer des gestes simples mais aussi de donner l’exemple , il est vrai que l’impact qu’il peuvent avoir eux et tous les célèbres membres de leur collectif est précieux dans la mise en mouvement de la société civile et des jeunes pour ce changement de modèle nécessaire face aux nombreux défis qui sont devant nous , climat, biodiversité, inégalités etc… Ils ont aussi travaillé avec L’ademe et la FNH dont nous sommes proches ce qui nous a conforté dans notre envie de les inviter à s’exprimer au festival Atmosphères. Et puis enfin leur musique et leurs prestations scéniques plaisent beaucoup aux membres de notre association.

Et avec Hubert Reeves ?
Hubert Reeves nous a été présenté par Marie-Odile Monchicourt soutien de la première heure , il est devenu un fidèle du festival et un ami avec lequel nous échangeons régulièrement , nous avons tous été très marqués par cette affirmation « nous sommes tous des poussières d’étoiles » quand on a conscience de çà , on change de point de vue sur la condition humaine et notre rapport aux autres , au vivant , les animaux, les végétaux …..Malheureusement je viens d’apprendre qu’il était à l’hôpital et ne pourra se rendre au festival, c’est Yolande Cadin la réalisatrice du film qui assurera la rencontre par Skype depuis Montréal ce Dimanche. Bon rétablissement cher Hubert et reviens-nous vite !

C’est la 8 e édition. Y a t il encore des surprises quand on commence à avoir du recul sur un festival comme le votre?
Le festival Atmosphères est en constante évolution, il change , s’adapte à son temps, le format n’est pas rigide il se modèle au fil des rencontres jusqu’au dernier moment , nous adorons improviser en ayant très bien préparé, et puis c’est devenu un outil collaboratif et de nombreuses propositions viennent l’enrichir chaque année davantage.
Nous cherchons activement à contribuer de faire émerger des solutions pour que la société soit apaisée et que les générations futures puissent bénéficier de conditions de vie au moins identiques à celle d’aujourd’hui nous n’en seront jamais blasés !

photo : Pascale Signoletavec Marion Cotillard (c) Atmosphères et affiche du festival

Donatien Grau sur l’exposition Julian Schnabel à Orsay « A travers l’accrochage, nous avons voulu donner à ressentir la profondeur physique de la peinture »
Gagnez 20 x 2 entrées pour l’exposition « STILL-Trine Søndergaard »
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : yael@toutelaculture.com

Une réflexion sur « Pascal Signolet, directeur du Festival Atmosphères [Interview] »

Commentaire(s)

  • signolet pascal

    Bonjour, merci pour cette interview, je souhaitais cependant rectifier un mot d’importance , j’ai écrit Coopétition et non compétition (compétition est la contraction de coopération et compétition) je vous remercie de bien vouloir rectifier c’est très important :)

    Michel Spiro , actuel président de l’union mondiale des physiciens et ex Président du conseil du CERN a toujours milité pour la coopétition, terme qui illustre la collaboration de la communauté scientifique internationale

    octobre 18, 2018 at 9 h 05 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *