DVDs
Godzilla, le DVD

Godzilla, le DVD

27 décembre 2014 | PAR Jean-Christophe Mary

Le réalisateur Gareth Edwards redonne vie au célébre monstre japonais véritable dieu de la nature mettant l’homme en garde contre les dangers de l’atome.

IMG_0968-0.JPG

En 1999, la centrale nucléaire de Janjira est mystérieusement détruite, entraînant de nombreuses pertes dont l’épouse et collègue du superviseur Joe Brody. Quinze ans plus tard, Brody fait équipe avec son fils, officier de la Navy, sur les lieux mêmes de la catastrophe, afin de découvrir la vérité sur cet accident. Ils sont alors témoins du réveil de deux parasites mutants qui menacent de détruire l’humanité. Deux monstres que seul Godzilla va pouvoir affronter…

Personnage de films de fiction japonais, le dinosaure Godzilla,fût dans les 50’s la réponse japonaise au King Kong américain. D’abord apparu dans un premier long métrage en 1954, la saga Godzilla est devenue une institution qui sera déclinée dans 30 versions différentes. Cette nouvelle production pour les studios Warner par réalisée Gareth Edwards (Monsters)est quelque part au film d’épouvante catastrophe ce que les Dents de mer ou Jurrassic Park furent en leur temps : un film de genre où le second degré est bien assumé, où les répliques comiques s’enchainent et le réalisme balayé d’un revers de main. Reprenant la thématique de la saga qui exploitait dès 1954 les thèmes écologiques et la peur du nucléaire dans un Japon traumatisé par les bombardements, l’accident nucléaire est évoqué ici comme un clin d’œil à la catastrophe récente de Fukushima. Là encore, l’homme est reste impuissant face à cette menace nucléaire d’un nouveau genre. Les deux monstres détruisent toutes les villes qui se dressent devant eux et se nourrissent d’énergie nucléaire qu’ils absorbent aux en fracassant les centrales nucléaires ou attaquant des trains chargés d’ogives nucléaires. A l’image de Rencontre du 3eme Type, le metteur en scène prend le parti de laisser son Godzilla dans l’ombre, de le révéler petit à petit pour mieux pour mieux frustrer l’attente du public. Il dévoile le monstre sur des écrans de télé et joue habilement sur le pouvoir de fascination mettant sur un pied d’égalité l’émerveillement craintif des personnages et celui du spectateur. Le combat final entre Godzilla les deux créatures nucléaires sont le point d’orgue de ce film parfaitement maîtrisé, spectaculaire et guidé par un scénario et une mise en scène qui n’oublie jamais de conserver point de vue humain. Godzilla nage, sort de l’eau, plaque ses adversaires au sol, crache de la foudre au cours de séquences jubilatoires pour tout amateur de film catastrophe. Avec infiniment plus de classe qu’un Transformers et une mise en scène travaillée le spectacle est impressionnant visuellement somptueux servi par des scène d’apocalypse jamais vues jusqu’ici. Le montage, fuide, délivre un solide sens du rythme entre scènes intimes des personnages et montée du chaos. Un chef d’œuvre peut être pas mais un classique sans l’ombre d’un doute.

De Gareth Edwards. Avec Aaron Johnson, Bryan Cranston,

Date de sortie 14 Novembre 2014 (2h3min)
Réalisé par Gareth Edwards
Avec Aaron Taylor-Johnson, Bryan Cranston, Ken Watanabe plus
Genre Science fiction , Action , Aventure
Studio : Warner Bros

LE POUVOIR ILLÉGAL DES ÉLITES
Box-office: la Famille Bélier talonne le Hobbit 3 au top 10 des entrées France de la semaine.
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture