A l'affiche
Quand les « Petits Princes » se disputent le ballon

Quand les « Petits Princes » se disputent le ballon

21 juin 2013 | PAR Marie Boëda

En retraçant l’itinéraire mouvementé d’un jeune adolescent prodige, Vianney Lebasque évoque le sacrifice et la difficulté pour un adolescent de garder en lui un lourd secret pour atteindre son rêve, devenir footballeur. En salle le 26 juin.

petit princes

Un jeune garçon passionné de football parvient à passer toutes les étapes pour intégrer un centre de formation pour devenir professionnel. Mais une malformation cardiaque l’empêche de poursuivre ce rêve. C’est dans ce déchirement entre renoncement et  transgression que le film se construit. Afin d’entrer coûte que coûte dans cet établissement, Jean-Baptiste (Paul Bartel) falsifie ses documents médicaux et se lance dans l’aventure. Arrivé au centre, c’est un autre monde qui l’attend, bien différent de la ferme que tient son père, un monde d’adolescents (parfois trop stéréotypés) qui se regroupent selon leur ancienneté et leurs origines. « JB » qui rejette la vie de son père (interprété par un Olivier Rabourdin touchant) et qui occulte la disparition de sa mère se voit brimé par ses camarades. Difficile de s’intégrer dans un sport pourtant d’équipe censée être porteuse de cohésion… Dans ce désarroi typiquement adolescent, Lila, d’un milieu aisé qui casse avec les origines sociales des joueurs, croise la route de « JB ». Jalousie, règlements de comptes mais aussi rêves et espoirs recouvrent la vie de ces adolescents.

Vianney Lebasque passionné de football réalise son premier long métrage sur un rêve partagé par de nombreux adolescents, rêve qu’il n’a lui-même jamais pu exaucer à cause d’une blessure. Avec « Les Petits Princes », il témoigne de la difficulté d’avoir une passion qui, si elle se concrétise, durera peu de temps et exige une discipline précoce. C’est un sacrifice qu’est prêt à endurer Jean-Baptiste. Mais encore plus que ses camarades, arriver au bout de son rêve lui demande de garder un secret. Autour de cette passion, le réalisateur aborde les thèmes de l’adolescence, des origines sociales et de l’amitié. Avec Reza (Reda Kateb), ancien footballeur qui n’a pas percé mais qui entraîne la jeune génération, une amitié se forge et l’ex footballeur le prend sous son aile. Eddy Mitchell en coach endurci symbolise l’entraîneur expérimenté, un pilier pour ces jeunes parfois livrés à eux-mêmes et écrasés sous la pression de la compétition et des jugements omniprésents.

Sur beaucoup de points, ce film est prévisible dans son histoire comme le sont les productions retraçant avant tout une passion exigeante. Malgré un imbroglio intéressant de relations interculturelles et intergénérationnelles, les thèmes abordés sont parfois illustrés par des clichés, peu de surprises nous attendent. Cependant les principaux acteurs ont su incarner leur personnage, la qualité de leur jeu de comédien et de sportif est évidente.  Sur des choix de musique judicieux, le réalisateur a su incorporer un rythme juste dans ce long métrage au regard artistique et dynamique sur un sport bien connu du grand public.

A partir du 26 juin Les Petits Princes de Vianney Lebasque avec Paul Bartel, Reda Kateb, Eddy Mitchell, Samy Seghir, Olivier Rabourdin, Adel Bencherif, Ralph Amoussou et Margot Bancilhon.

« Total Entropy » , le premier album de Asia Argento
Les premiers éléments sur le Diana d’Olivier Hirschbiegel avec Naomi Watts
Marie Boëda

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture