A l'affiche
Mini et les voleurs de miel, un scarabée qui en a sous la carapace

Mini et les voleurs de miel, un scarabée qui en a sous la carapace

24 février 2016 | PAR Amelie Blaustein Niddam

En ces temps de vacances scolaires un ciné pour les 3-6 ans est une bonne idée. Les Films du Preau traduisent Cykelmyggen og Minibillen de Jannik Hastrup, Flemming Quist Moller et cela donne le conte très sage Mini et les voleurs de miel.

Mini est un petit scarabée un peu à l’écart dans la troupe que compose Le cirque des puces. Alors que les artistes sont arrivés dans la forêt-village et que le spectacle se déroule de façon magistrale, la méchante Miranda impose à Mini un abjecte défi : celui de marcher sur le fil de la funambule Nina qui s’y trouve. Elle tombe, se foule la cheville. Mini, saisi par la culpabilité et la peur des représailles s’enfuit dans la forêt où il croisera la route des abeilles kidnappeuses et des voleurs-rocks.

Mini est une figure classique de la littérature enfantine danoise et il devient ici le héros de ce long métrage. Il est bien sur question comme dans tout conte initiatique du parcours qui fait grandir, vous et les autres. La fugue de Mini est un temps l’occasion des plus vils sentiments bientôt transformés en inquiétude terreau de l’amitiés. Ce qui fait tenir Mini et les voleurs de miel debout, c’est la bonne construction des personnages qui s’amusent des stéréotypes pour les déconstruire ( les fourmis travailleuses, les princesses abeilles qui piquent comme des pestes, Bouseman, le coléoptère sans âme…). Les enfants s’esclaffent devant les méchants ( Miranda, les voleurs…) qui sont admirablement insupportables.

Le dessin est agréable, très à l’ancienne et le film est ponctués de chanson rocks et jazz qui enchanteront les tout-petits.

Film d’animation réalisé en 2014 par Jannik Hastrup , Flemming Quist Moller, en salles. Films du Preau.

[DVD] »Quelque part dans le temps » Christopher Reeve et Jane Seymour se rencontrent hors de notre réalité
Valérie Guignabodet est décédée : portrait et filmo d’une réalisatrice populaire
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture