Arts

La Slick déménage dans le 16e

23 octobre 2010 | PAR Yaël Hirsch

Pour fêter son cinquième anniversaire, la foire off la plus pointue de la FIAC quitte le 104 pour s’offrir des tentes sur les marches du Musée d’Art Moderne. A deux pas de Larry Clark et Biasquiat donc. Comme chaque année, les 43 galeries internationales exposant à la Slick semblent triées sur le volet, et sont renouvelées par rapport à l’an dernier, histoire d’assurer un roulement dans les artistes émergents présentés. A noter cette année pour la première fois, une section « Orient » avec des galeries venant aussi bien du Pakistan que du Liban (Running Horse). A voir, demain, dernier carat.

Même sous une pluie battante, quel plaisir que de voir la Slick s’installer royalement au cœur de Paris sur deux étages de tentes droits comme des ‘i’! Le tout est bien chauffé, et l’on caresse les jolies statues art déco des marches pour passer d’un étage à l’autre. A l’intérieur, comme d’habitude, le visiteur est confronté avec des artistes émergents qui provoquent, touchent et font réfléchir. Une très belle sélection, qui fait de la Slick le off le plus riche de la FIAC.

Comme chaque année, la foire a distribué son prix, décerné par un jury présidé par Jérôme Clément, le Président d’Arte. Le lauréat 2010 est le berlinois Evol (que nous avions déjà remarqué l’an dernier), pour son projet de « redessiner » les façades d’immeubles sur les ruines des abattoirs désaffectés de Dresde. L’installation qui rend hommage dans son titre au peintre Caspar David Friedrich a depuis, disparu, ne restent que les photos présentées à un étage de la foire, et des maquettes expliquées à l’autre étage de la Slick.

Parmi les oeuvres qui ont retenu notre attention à la Slick, on trouve :

– « Les grandes âmes presque inquiètes », de Pascal Pillard, sortes de figures fatales neo-Gustave Moreau chez Samantha Sellem.

– Les clichés camouflés de Liu Bolin chez Paris-Beijing.

– Et les hauts reliefs pop en métal de Eudes Menichetti à la Galerie Twenty One.

Une belle visite, riche en surprises, à faire encore en ce dimanche 24 octobre. Et pour ceux qui passent de la Slick à la FIAC du Grand Palais, une déambulation sonore est placée sur le chemin. Plus d’informations et téléchargement de l’appli i-phone gratuite ici.

Slick 2010, jusqu’au 24 octobre 2010, dimanche : 11h-20h, Esplanade du Palais de Tokyo et Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 11-13, av du Président Wilson, Paris 18e, m° Iena ou Pont de l’Alma, 10 euros (TR 7 euros).

Infos pratiques

Artémis Estimations
Art Brussels
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “La Slick déménage dans le 16e”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *