Galerie
Voyage autour des lettres : 33 artistes iraniens à l’honneur à la galerie Nicolas Flamel à Paris

Voyage autour des lettres : 33 artistes iraniens à l’honneur à la galerie Nicolas Flamel à Paris

18 novembre 2013 | PAR Christophe Dard

33 artistes sont actuellement réunis à la galerie Nicolas Flamel de Paris autour de la calligraphie persane, des maîtres de la discipline aux artistes contemporains.

 C’est un événement que proposent Hessam Khalatbari et Yassi Metghalchi, curateurs et responsables du programme de cette exposition à Paris. Cet événement témoigne de leur fort désir de promouvoir les artistes iraniens et de montrer une autre image de l’Iran, celle de sa culture et de son effervescence artistique. Pour la première fois, la capitale accueille les plus grands maîtres contemporains de la calligraphie persane, cet art sacré appelé également, et on comprend pourquoi, la « belle écriture ».

C’est donc au sein de la Galerie Nicolas Flamel, située au cœur du Marais, à deux pas du centre Beaubourg, et dans une ambiance toujours chaleureuse et conviviale, que ces artistes sont réunis jusqu’au mois prochain.

D’emblée, vous serez surpris par la grande richesse de la calligraphie persane. On retrouve de la calligraphie classique avec peu de couleurs mais également des œuvres beaucoup plus sophistiquées aux techniques plus élaborées exploitant une gamme chromatique plus variée. Ainsi, alors que certaines œuvres semblent tout droit sorties d’un livre de légende ou d’un conte, d’autres sont beaucoup plus proches de l’abstraction et même du pop art. Vous remarquerez aussi la richesse des supports. Certes, la peinture occupe une large place dans cet éventail d’œuvres exposées, mais des sculptures en bronze et des céramiques sont également au programme.

De jeunes artistes contemporains passeurs de tradition

La galerie Nicolas Flamel permet également de voir les artistes au travail (on appelle cela un workshop) et de mieux découvrir leur manière de travailler, notamment pour 4 d’entre eux venus d’Iran :

Fereydoon Omidi, professeur d’art à l’Université Azad de Téhéran qui a déjà exposé à Venise, Dubaï et Paris (l’année dernière), est célèbre pour sa représentation des drapeaux (iranien, français…) selon une technique bien précise. Après avoir appliqué les couleurs, il travaille une calligraphie en lettres massives qui se répètent avant d’effectuer un dégradé de couleurs de bas en haut.

Kianoosh Motaghedi, calligraphe, céramiste qui a reçu de nombreuses récompenses en Iran à des biennales, festivals et à un Congrès de la calligraphie en 2008, travaille entre autres sur la représentation des poèmes de la Conférence des oiseaux, des poèmes médiévaux persans et mystiques comme le sont Les Mille et une Nuits. Après un dessin, il utilise la feuille d’or et gratte cette matière pour faire ressortir le dessin avant de le retoucher.

Enfin, Babak Rashvand, lui aussi plusieurs fois exposé (à Moscou, Vienne, Dubaï…) et plusieurs fois récompensé en Iran ainsi qu’à l’étranger, crée des œuvres qui sont là aussi un lien entre le traditionnel pour l’écriture et l’emploi de la feuille d’or et le contemporain pour la mise en forme et les couleurs.

On peut aussi citer Younès Faghihi, calligraphe mais aussi musicien. Il vit aujourd’hui à Paris et partage avec le public français ses expositions et ses concerts en jouant d’un instrument traditionnel iranien, le daf. À eux quatre, ces jeunes artistes symbolisent la continuité et la pérennité de la calligraphie iranienne. Toujours liée à la tradition classique héritée de plusieurs siècles de transmission, elle sait cependant évoluer et s’adapter au gré des styles artistiques modernes et contemporains sans perdre son âme. Tous ces artistes prouvent que cet art a encore un bel avenir devant lui et qu’il n’a pas fini de nous surprendre…

Infos pratiques

Festival Jazz’N’Klezmer
ABC Théâtre
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *