Expos

Vies de femmes à la Maison de l’Amérique Latine

Vies de femmes à la Maison de l’Amérique Latine

11 octobre 2018 | PAR Yaël Hirsch

Du 12 octobre au 20 décembre, quatre femmes artistes des 20e et 21e siècles investissent la Maison de l’Amérique latine. Ancrée au Mexique ou ayant trouvé refuge, ces photographes et plasticiennes dépeignent le monde qui les entourent avec un œil aguerri sur le sort des femmes.

Au rez-de-chaussée, dans une grande salle blanche qui met en lumière le projet, la plasticienne contemporaine Carmen Mariscal retrousse les jupons les plus pour dénoncer de vieilles traditions. Jouant du mot commun entre esposa (l’épouse) et esposas (les menottes) l’artiste mexicaine propose une installation ou une vingtaine de femmes endossent une robe de mariage à crinoline faite de menottes. La robe trône au centre comme une cage de fer, tandis que de grandes photos la montrent portée. Un film est aussi présent qui recueille et fait défiler les témoignages.

Sous le commissariat de Gabriel Bauret, « De l’autre côté » réunit trois femmes photographes allemandes poussées par le vent de l’histoire vers l’Amérique latine : Grete Stern vers l’Argentine, Hildegard Rosenthal vers le Brésil et Jeanne Mandello l’Uruguay.

L’univers onirique et surréaliste de Grete Stern se réinvente dans le Nouveau monde avec une technique de collage qui lui permet de mettre en scène des femmes en héroïnes poursuivies et aussi d’illustrer la rubrique psychologie du magazine Idilio. Elle documente également à travers ses portraits la crème de l’exil allemand en Argentine.

Les géométries tubéreuses de Jeanne Mandello impressionnent tandis que des portraits graves poussés vers le blanc imposent le respect. Son travail sur les paysages pour les magazines de tourisme est aussi mis en avant.

Photographe urbaine, Hildegard Rosenthal nous fait découvrir avec son œil de nouvelle arrivante l’effervescence du Sao Polo en 1940.

Les trois photographes expriment également une certaine impression du féminin à travers des portraits et même des autoportraits …

visuels : photos de l’exposition (c) YH

« Mamootot » de Ohad Naharin : la pesanteur et la grâce intimes, à Chaillot
Qui a peur du rose, Françoise Tartinville redonne de la puissance aux Ladies
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : yael@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *