Expos
Ready (to be) made : encore quelques semaines pour aller au Bal

Ready (to be) made : encore quelques semaines pour aller au Bal

08 août 2013 | PAR Louise Faucheux

 

 

 

 

 

 

 

Une exposition confrontant les œuvres du néerlandais Bas Jan Ader et des artistes suisses Onorato et Krebs est à voir au Bal jusqu’au 1er septembre.

Les œuvres de Bas Jan Ader précèdent de plusieurs dizaines d’années celles d’Onorato et Krebs. Né en 1942 aux Pays-Bas, Bas Jan Ader est parti s’installer en 1963 aux États-Unis. Quant à Onorato et Krebs, ils ont quitté la Suisse pour partir vivre à Berlin. Leur mise en parallèle n’est pas le fruit du hasard et leurs créations, pourtant présentées à des étages différents, dialoguent entre elles.

Elles peuvent sembler de prime abord s’opposer. Au rez-de-chaussée, le spectateur est plongé dans une semi-obscurité. Quatre vidéos de Bas Jan Ader sont projetées en boucle. L’artiste se filme en train de chuter dans des situations qui paraissent faussement accidentelles. Roulant à bicyclette dans une rue d’Amsterdam il tombe dans un canal, ou sur le toit d’une maison glisse et bascule dans les buissons du jardin.

Au niveau inférieur sont exposées les œuvres d’Onorato et Krebs. Réalisées avec des médiums divers, elles sollicitent presque tous les sens. Leurs photographies, leurs installations à la fois visuelles et auditives semblent plus tournées vers la construction. Leur série The Great Unreal est constituée de photographies en couleur ou en noir et blanc, qu’ils ont modifiées au moment du développement ou bien prises après l’inclusion d’un élément dans le paysage où ils se trouvaient. Non dénués d’humour, ces clichés rappellent un peu les mouvances du land art.Dans leur série Constructions, également composée de photographies, les artistes ont procédé, avant la prise de l’image, à l’ajout d’une structure en bois épousant la forme des bâtiments environnants. Leurs constructions sont ainsi élaborées en fonction du point de vue d’où la photographie sera enregistrée. Dans une vidéo intitulée Blockbuster, le spectateur regarde l’un des artistes donnant des coups de marteau sur des  immeubles. Le bruit est recréé par un établi motorisé situé dans la salle d’exposition. Le couple semble ainsi dans ces trois ensembles d’œuvres jouer à perturber et remettre en question la perception du spectateur.

Les œuvres de ces trois artistes, malgré ce qui semble les séparer, questionnent la relation des individus à l’environnement qui les entoure, mettant en lumière la fragilité et la vulnérabilité de l’être humain par rapport à la nature et aux constructions qu’il érige.

Visuels : © Bas Jan Ader, Fall I, 1970, Courtesy Museum Boijmans Van Beuningen, Rotterdam ; © Taiyo Onorato & Nico Krebs, Happy Ending, 2005, série The Great Unreal, Courtesy RaebervonStenglin, Zurich ; © Taiyo Onorato & Nico Krebs, Basilicata – Foundation, 2011, Constructions Courtesy Aargauer Kunsthaus, Aargau.

Infos pratiques

Braderie de Lille
Fondation Maeght
Louise Faucheux

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture