Expos

Pasteur l’explorateur, une exposition à voir absolument au Palais de la Découverte

Pasteur l’explorateur, une exposition à voir absolument au Palais de la Découverte

12 décembre 2017 | PAR Yaël Hirsch

Pilotée par un comité scientifique impressionnant de professeurs, conservateurs, historiens, chercheurs et scientifiques, sous le commissariat de Maxime Schwartz, l’exposition Pasteur l’expérimentateur s’installe partir du 14 décembre 2017 au cœur de Paris, au Palais de la Découverte. Une épopée scientifique, interactive, joliment mise en scène et qui inscrit les découvertes du grand chimiste et physicien Louis Pasteur dans notre culture et notre histoire. Un sujet de fond à portée de tous et une exposition magnifiquement scénographiée, à voir absolument avant le 19 août 2018.

[rating=5]

C’est sur le mode du théâtre et du lever du rideau que cette grande exposition sur Pasteur propose de suivre le travail de recherche d’un celui qui reste d’un des plus grands scientifiques de notre Histoire. En un prologue (vidéo où s’exprime Erik Orsenna), six actes et un épilogue, c’est une page  importante de culture scientifique qui nous est tendue, mieux qu’un grand livre ouvert.

Pasteur commence à travailler sur des cristaux (années 1850) avant de focaliser ses recherches sur la fermentation (lait, vin, bière) qu’il lie à la vie et non à la putréfaction et à la mort. C’est en travaillant notamment sur la bière et le vin que le chercheur découvre les microbes et met en place (pour Napoléon III) son processus de « pasteurisation ».

Pourfendeur des générations spontanées face au Professeur Félix Pouchet, Pasteur travaille également que les vers à soie, victimes d’une épidémie dans le Gard; il y emmène son équipe a la fin des années 1860. Quand il passe a l’échelle des animaux plus gros et des mammifères pour poursuivre son travail sur les microbes dans les années 1870, Pasteur met au point ses propres instruments, notamment le microscope et les ballons à col de cygne.

Il essaie sa théorie qui réfute la thèse commune de la dégénérescence des cellules sur plusieurs terrains : le choléra des poules et le charbon des moutons avant de passer à la rage. L’invention du vaccin lui acquiert la gloire et la possibilité de fonder son institut de recherche.

Scénographiée comme un grand théâtre rétro qui va un peu avec le lieu et les images du temps de Pasteurs comme les unes du Petit Journal, remise par de grandes fresques dans le contexte historique générale de l’époque et fidèle à la tradition du Palais de la Découverte de faire « manipuler » les objets scientifiques dont il parle, l’exposition fait le pont entre le 19 et le 21e siècle.

Passionnant scientifiquement, s’attachant à un génie national qui nous parle à tous, Pasteur l’explorateur ne sépare jamais son héros de la communauté de chercheurs avec laquelle il interagit (aussi bien son maître Balard, que son adversaire Félix Pouchet, Koch qui découvre le bacille de la tuberculose ou l’inventeur du vaccin au 18 e siècle avec « la vaccine » contre la variole, Edward Jenner). Et l’exposition sait aussi mettre en avant les faiblesses du Grand homme. Par exemple c’est par intuition que Pasteur tente d’injecter une version atténuée des maladie infectieuses et ce sont d’autres qui mettront en avant le rôle des anticorps et des cellules phagocytes (Metchnikoff).

Résolument technologique et presque plastique tellement il est beau visuellement, l’épilogue finit de nous connecter à l’héritage de Pasteur.

L’exposition est à recommander aux enfants dès l’âge de 9 ans et peut être accompagnée par le livre illustré et organisé en énigmes résolues de Florence Pinaud et Julien Billaudeau, Louis Pasteur, enquêtes pour la Science, aux éditions Actes Sud Junior / Palais de la Découverte, 16.90 euros.

Quant au catalogue de l’exposition, placé sous la direction de Annick Perrot et Maxime Schwartz, il permet d’en savoir plus en chapitres efficaces et aussi de creuser certains chemins de traverses évoqués par l’exposition comme « Pasteur et les Beaux-Arts » (Joseph Gal) ou « Quand l’immunologie s’éveille » (Patrice Debré). Louis Pasteur le visionnaire, Palais de la Découverte / Editions de la Martinière, 29.90 euros.

Le musée du Louvre transfère 250 000 oeuvres d’art dans une réserve à Liévin
Gagnez 2×1 place pour Les Contes d’Hoffmann (le 23 déc /Dijon)
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected].com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *