Expos
Motion Factory : les ficelles du monde animé à la Gaîté Lyrique

Motion Factory : les ficelles du monde animé à la Gaîté Lyrique

25 avril 2014 | PAR La Rédaction

La Gaîté Lyrique offre un magnifique coup de projecteur à l’animation tactile : en résumé, des dizaines de courts-métrages accompagnés de leur making-of, d’une présentation de leurs auteurs et de leurs techniques. Cette exposition où on s’attarde pendant des heures est aussi une sortie au cinéma : intelligente et claire, on y amène ses enfants comme ses amis graphistes…

ohwillycemmamarc_webL’animation tactile, pour ceux qui auraient un doute, consiste en un mélange de création manuelle et digitale. Par exemple, ce petit bonhomme en laine qui court dans une forêt en papier mâché : créé à la main par ses auteurs, il est retravaillé par ordinateur. L’animation tactile est particulièrement excitante pour ses créateurs et touchante pour le public. Il y a quelque chose de très humain dans le fait de reconnaître les matières utilisées ; la magie se crée dans le dépassement de la matière par l’imagination, par le scénario qui lui donne vie.

Des réalisateurs venus du monde entier sont mis en valeur, chacun à leur tour, avec une présentation d’une ou plusieurs vidéos – clips musicaux, publicités ou bien courts-métrages. Quelques maquettes, quelques dessins, une vidéo du making-of et quelques lignes de commentaires accompagnent les films. La scénographie de l’exposition est très astucieuse : pensée par le 5.5 designstudio, elle consiste en plusieurs petites maisons aérées. En « façade », un écran qui diffuse les animations ; à l’intérieur, tout ce qui relève de la fabrication. On va ainsi de maison en maison, d’univers en univers et de coulisses en coulisses… Pour finir sur une véritable salle de cinéma, avec de drôles de canapés à même le sol où l’on s’installe avec plaisir pour regarder des films sur grand écran.

Parmi tous les réalisateurs présentés, coup de cœur pour le duo belge Pic Pic André et sa série de films Panique au village. Les personnages sont de petites figurines en plastique stéréotypées et vivent des aventures très drôles et très vivantes : ainsi, le Grand chef indien, arrivé trop tard pour acheter la dernière bûche de Noël, se déguise en caissier pour pouvoir la récupérer ! C’est à mourir de rire et, comme toutes les réalisations présentées, remarquablement bien exécuté, inventif et malin. On ressort de la Gaîté Lyrique joyeux et la tête pleine d’images !

Maïlys Celeux-Lanval

Visuel : Oh Willy © Emma de Swaef & Marc James Roels

Infos pratiques

Silencio
Musée Guimet
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture