Expos

« Monet collectionneur » au musée Marmottan : une savoureuse reconstitution

« Monet collectionneur » au musée Marmottan : une savoureuse reconstitution

13 septembre 2017 | PAR Géraldine Bretault

Les grands artistes ont souvent été de grands collectionneurs, qu’il s’agisse d’estampes japonaises, pour Degas, d’antiques pour Rodin, ou de contemporains, comme Monet et Picasso. La dernière exposition du musée Marmottan réunit des chefs-d’œuvre ayant appartenu à Claude Monet, et qui l’entouraient dans sa propriété à Giverny.

[rating=4]

 

L’exposition « Monet collectionneur » se présente comme le fruit d’une véritable enquête : comment recenser l’ensemble des œuvres ayant appartenu à Monet, en dehors des photographies montrant le patriarche en sa demeure ? La tâche n’était pas aisée, d’autant que le peintre rechignait à mener ses acquisitions en direct, et passait systématiquement par un interlocuteur, par discrétion.

Les commissaires de l’exposition se sont donc appuyés sur plusieurs listes établies à différentes dates, sur les procès-verbaux de ventes aux enchères, sur les registres de marchands comme Durand-Ruel. Le versant intime a également été exploré : correspondances de Monet avec ses amis artistes ou ses marchands, journaux intimes faisant état de visites rendues au patriarche de Giverny.

Le résultat est un parcours clairement articulé, qui livre une autre histoire de l’art, moins axée sur la peinture même, au profit de la sociologie artistique de l’époque. De nombreux documents d’archives ainsi que des cartels développés nourrissent le propos.

Un double intérêt pour le public contemporain, qui pourra d’une part admirer des chefs-d’œuvre rarement vus – parce que dispersés dans des collections privées ou des musées à l’autre bout du monde – d’artistes aujourd’hui largement reconnus (Pissarro, Renoir, Morisot, Cézanne), et d’autre part, suivre ce fil rouge de la reconstitution de la collection, qui se savoure comme une enquête se déployant sous nos pas.

 

«Monet ce n’est qu’un œil… Mais, bon Dieu, quel œil !»
Cézanne à propos de Monet.

 

 

 

Visuels : © Camille Pissarro – Paysannes plantant des rames – 1891 – Huile sur toile – 55 x 46 cm, Sheffield, Museums Sheffield, prêt d’une collection privée © Sheffield, Museums Sheffield
Édouard Manet – Garçon dans les fleurs (Jacques Hoschedé) – 1876 – Huile sur toile 60 x 97 cm – The National Museum of Western Art, Tokyo – © The National Museum of Western Art, Tokyo
Paul Cézanne – Le Nègre Scipion – 1866-1868 Huile sur toile – 107 x 83 cm – São Paulo, Museu de Arte de São Paulo Assis Chateaubriand.Don Henryk Spitzman-Jordan, Drault Ernanny de Mello e Silva, Pedro Luiz Correia e Castro et Rui de Almeida, 1950 – © João Musa
Utagawa Kunisada – Neige abondante à la fin de l’année – Cachet de censure : Muramatsu (1843-1847) – 36 x 76,7 cm – Giverny, Fondation Claude Monet – © Fondation Claude Monet – Giverny

 

Infos pratiques

Musée du Montparnasse
Atelier de Paris-Carolyn Carlson
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *