Expos
L’humanité n’est que poésie avec l’objectif de Fred Stein

L’humanité n’est que poésie avec l’objectif de Fred Stein

14 juin 2017 | PAR La Rédaction

Jusqu’au 24 septembre 2017, les travaux de Fred Stein font escale à la Maison de la Photographie Robert Doisneau de Gentilly. Entre portraits et clichés de rue, Paris et New York se font écho grâce au regard du réfugié allemand. Une première internationale qui révèle un artiste oublié.

A peine arrivé, voila le spectateur plongé en plein Paris des années 1930. Du musicien de rue aux rassemblements du Front Populaire en passant par les portraits de ses amis Gerda Taro et Robert Capa, fin mélange d’activisme social et d’intellect, Fred Stein immortalise les parisiens issus de toutes classes sociales. La Ville Lumière, première terre d’accueil pour cet avocat juif ne pouvant exercer ses fonctions, se célèbre. Troquant sa parole contre un appareil, l’amateur se révèle être un virtuose trop peu connu de la photographie. Ainsi, plus pour subvenir à ses besoins que par réelle conviction, son premier atelier voit le jour dans son appartement avec en guise de chambre noire sa propre salle de bain. Novateur, un Leica 35mm à la main, Fred Stein capture une part de l’âme de ses sujets et en dévoile ce que l’humain a de plus vrai.

Un portrait d’Albert Einstein dans son bureau de Princeton trône au rez-de-chaussée, alors qu’à l’étage, les gratte-ciel se mêlent au vagabond du « Post No Bills » (Ne pas déposer de factures) ou encore à Marlene Dietrich en soirée mondaine. Les jeux de lumière naturelle et flous gérés, omniprésents dans son travail parisien, se retrouvent dans ses séries New Yorkaises des années 1940. Un nouveau Rolleiflex dans la poche lui permettant de composer dans un format carré, Peter Stein explore et s’empare de la dimension de cette ville débordante d’énergie. Les sujets restent les mêmes, son langage photographique, lui, évolue. De Harlem à la 5th Avenue : l’humaniste donne la parole aux cosmopolites.

Son secret ? Celui que nous a livré son fils, Peter Stein : « Il passait beaucoup de temps a discuter avec ses sujets pour en ressortir leur véritable personnalité. » Engagées et pleines de vie, empreintes d’histoire, les photographies de Fred Stein sont un voyage. Celui du réfugié juif, fuyant la dictature et celui d’un homme optimiste, bienveillant et désireux de faire évoluer la société. L’écho pour ligne de conduite, Peter Stein, le Réseau Diagonal et Michaël Houlette, se sont, depuis 2015, adonnés à un travail d’orfèvre pour recréer cet esprit. Relatant la naissance et le parcours de l’invention d’une écriture photographique digne des plus grands maîtres de cet art, l’exposition « Fred Stein, Paris – New-York » ressuscite la vigueur des années 1930 et 1940 en offrant à la photographie humaniste un nouveau visage.

Maison de la Photographie Robert Doisneau, 1 Rue de la Division du Général Leclerc, 94250 Gentilly

Cyrine Ben Romdhane

Crédits photos :
1. Fred et Lilo Stein, Dresde, Allemagne, 1932 © Fred Stein
2. Front Populaire, Paris, 1936 © Fred Stein Archive
3. Enfants à Harlem, New York, 1947 © Fred Stein Archive

Un Lohengrin qui donne des ailes à St-Etienne
Gagnez 5×1 place pour le film Les EX en salles le 21 juin
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *