Expos
« Le musée imaginaire d’Henri Langlois », une histoire d’amour du cinéma

« Le musée imaginaire d’Henri Langlois », une histoire d’amour du cinéma

08 avril 2014 | PAR Enora Le Goff

Mercredi 9 avril démarre l’exposition « Le musée imaginaire d’Henri Langlois », en hommage au centenaire de l’homme, offrant la possibilité de connaître plus en détails ce personnage trop méconnu de l’histoire du cinéma, et créateur de la très célèbre cinémathèque française.

[rating=4]

La difficulté était réelle de mettre en place une exposition sur un personnage qui n’a pas véritablement créé d’œuvres, en effet selon Dominique Païni « Henri Langlois n’était pas un artiste en soi, c’était un homme qui aimait les artistes. Le but n’était pas de montrer une histoire du cinéma par le prisme d’un homme, mais de montrer une histoire d’amour du cinéma. »

Pari tenu pour cette exposition qui selon différents angles apporte au visiteur une idée de la personnalité d’Henri Langlois, créateur de la cinémathèque et passionné d’art qui selon Godard « a donné chaque vingt-quatrième seconde de sa vie pour sortir toutes ces voix de leurs nuits silencieuses, pour les projeter dans le ciel blanc du seul musée ou se rejoignent enfin le réel et l’imaginaire ».

Ainsi l’exposition s’ouvre sur un long ruban, qui explique le parcours de sa vie, entre déroulement du temps et pellicule cinématographique. Puis le visiteur découvre thématiquement les aspirations fortes de sa vie, le rapport d’Henri Langlois aux artistes, avec la présentation d’œuvres de Matisse ou de Duchamp… Mais aussi son goût pour la découverte et l’expérimental, et son rapport fort à l’underground. Rapport que l’on retrouve dans la dernière partie, présentant les conceptions architecturales de l’élaboration de la cinémathèque, un rêve devenant concrètement réalité.


Le Musée imaginaire d’Henri Langlois… par lacinematheque

Comme le souligne Coast-Gavras, président de la cinémathèque, c’est « une exposition essentielle », Serge Toubiana ajoute que au vu des moyens étatiques investis dans la structure de la cinémathèque aujourd’hui, cette dernière « se devait de revenir sur ce passé, offrant par la même occasion un moyen poétique et savant de redécouvrir les richesses de la collection de la cinémathèque ».

Ne pas oublier non plus de consulter le cycle de conférences qui accompagnent l’exposition, révélant plus en détails la vie et la personnalité d’Henri Langlois, mais aussi de nombreuses projections de films l’ayant marqué, dans lesquels il a évolué (sa fascination pour le cinéma muet, les divas, ou encore pour Chaplin) …

Aussi cette exposition est le parfait moyen pour découvrir ce personnage haut en couleur, qui a côtoyé les plus grands avec pour but de montrer sans relâche cet art qu’est le cinéma, il fut le projecteur révélant de nombreuses images qui sans lui seraient restées dans l’ombre.

Visuels (c): dossier de presse, vidéo officielle

Infos pratiques

Regine’s Club
Festival Petits et Grands
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

One thought on “« Le musée imaginaire d’Henri Langlois », une histoire d’amour du cinéma”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture