Expos
Le Musée de l’Histoire de l’Immigration se met aux perruques

Le Musée de l’Histoire de l’Immigration se met aux perruques

24 juin 2015 | PAR Hakim Akcha

Meschac Gaba, artiste béninois et créateur du concept des « Perruques architectures », des « Perruques voitures », ainsi que des « Perruques MAVA », expose quatorze de ses oeuvres au Palais de la Porte Dorée. 

En 2004 vient à l’artiste, alors résidant à New-York, l’idée d’user des formes des nombreux « gratte-ciels » qui dominent majestueusement la ville américaine, pour ses prochaines œuvres. C’est en arpentant les rues d’Harlem et ses nombreux coiffeurs, que lui vient l’idée des « Perruques architectures ». Parmi elles, la Cathédrale Notre-Dame de Paris, la Géode ou même la Tour Lénine. Autant de monuments, tressés en perruques, sont visibles dans le musée. L’artiste décide d’aller plus loin dans son idée. Apparaissent alors les « Perruques MAVA ». « MAVA » désignant le Musée d’Art de la Vie Active. Par ces perruques, Meschac Gaba cherche à rendre hommage aux grands de ce monde. Non pas en représentant leurs visages, mais bel et bien en représentant ce pourquoi ils sont célèbres, ce pourquoi ils sont dans nos mémoires. Notamment avec une perruque en forme de triangle rectangle qui rappelle directement Pythagore. Ou encore une en forme de toilette.

Ainsi, l’oeuvre de M. Gaba se situe dans un entre-deux. Un entre-deux artistique représentant les grands monuments et inventions du monde occidental, mêlé à des couleurs vives et des tresses, rappelant, avec pertinence, l’Afrique et en particulier le Bénin. Ces œuvres sont ainsi le résultat de son métissage. Chacune de ses perruques envoie un message fort à celui qui la regarde. Un message fort de métissages, de voyages, de cultures, d’échanges et, surtout, d’appartenance. D’autant plus fort, aux vues du lieu, qui a accueillit l’Exposition Universelle de 1931, puis le Palais des colonies françaises, où elles sont exposées. Une volonté de contrer les stéréotypes d’une Afrique régie par la tradition, transparaît. C’est d’ailleurs dans cette optique qu’il proclame Cotonou, sa ville natale, comme le lieu où se tiendra, un jour, le Musée d’Art Contemporain Africain.

L’exposition est visible, gratuitement, du mardi au vendredi de 10h à 17h30 et du samedi au dimanche de 10h à 19h. Elle se tiendra au Palais de la Porte Dorée du 23 Mai 2015 au 20 Septembre 2015.

Visuels : ©Affiche du musée de l’histoire de l’immigration. La Géode, Paris de M. Gaba. Photographies d’Akcha Hakim.

Infos pratiques

Au Bon Coin
Basilique Saint-Denis
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *