Expos
L’art fait ventre – Le seul art qui nourrit vraiment

L’art fait ventre – Le seul art qui nourrit vraiment

11 juin 2014 | PAR Nausicaa Ferro

 L’exposition L’art fait ventre a lieu depuis le 3 juin et jusqu’au 20 Septembre 2014 au musée du Montparnasse. Organisée hors les murs par l’équipe de l’Adresse musée de la Poste (Josette Rasle en est la commissaire d’exposition), l’exposition/performance plonge au cœur d’une thématique qu’affectionnent moult artistes : la nourriture. Une lecture contemporaine de ce qui, paradoxalement, est le seul art qui nourrit vraiment.

C’est peut-être notre dernier point commun, à nous, les vivants, habitants de la terre, bipèdes et autres animaux de culture (et de nature) : nous devons nous nourrir pour éloigner au maximum le retentissement de la cloche qui sonnera de notre dernière heure. Et tout comme nous avons besoin de manger pour être, ce que nous mangeons est une matière vivante, qui, qu’on le veuille ou non, fait partie de nous après ingestion. Nous sommes périssables, tout comme les fruits photographiés durant près de 4 mois par Stéphane Soulié, artiste qui, par une accélération vidéo revisite la nature morte, la transformant presque en vanité moderne (Nature morte vivante de légumes). Nous sommes ce que nous mangeons et ce que nous mangeons, génération après génération, époque après époque, société après société, est un des miroirs qui nous définit, de la même façon que les restes d’un repas peuvent en dire long sur leurs hôtes (les œuvres de Daniel Spoerri, inventeur du Eat Art, comme celle du Repas des prisonniers en sont la preuve artistique). A cela s’ajoute la grande tendance actuelle des émissions culinaires, renchérit par les jeux à l’allure de télé réalité (top-master chef), sans parler des émissions qui invitent leurs participants autour d’une table (c’ à vous, la parenthèse inattendue). Bref, la bouffe est carrément tendance. Ce qui est tendance aussi, c’est de sortir du consumérisme primaire que nous a imposé/proposé la grande distribution (Winshluss – Cizo – Felder et le collectif Ferraille, à travers des dessins animés à l’allure de pamphlet se moque des dérives de cette grande distribution toute puissance) et de repasser par la case marché/petit producteur/cuisine maison comme le suggère Martine Camillieri, en opposant dans Wild Food des recettes maison à une dinette acidulée et ludique, qui raconte ce que cache nos aliments du quotidien (du jambon coupé aux conservateurs jusqu’aux nouilles de riz faite à partir de céréales pourries). Mais le rapport au ventre, à la nourriture est, plus qu’un rapport à la vie, c’est un lien avec l’autre. Que reste-t-il de la cohésion quand le plateau télé remplace le repas en famille (Mathilde de l’Escortais, Burger et crustacés) ? Pire, que reste-t-il de l’Autre quand certains mangent dans la rue dans la plus pure indifférence (Roseline Delacour, Transparence) ?

L’exposition L’art fait ventre remue. Elle nous met face à nos pratiques culturelles, sans jugement, mais avec une véritable perspicacité. Plus perspicace a été d’installer l’exposition dans l’ancien atelier de Marie Vassilieff, atelier où l’artiste installa en 1918 une cantine ouverte aux démunis, qui se nommaient à l’époque Picasso, Braque, Modigliani, Apollinaire…

Nausicaa Ferro

Entrée de l’exposition libre
Performances culinaires entre Juin et septembre / de 30 à 100euros /

Visuels : copyright Marie-Anne Teulat

Infos pratiques

EPPGHV
Musée Marmottant Monet – Paris
Marie Boscher

2 thoughts on “L’art fait ventre – Le seul art qui nourrit vraiment”

Commentaire(s)

  • Xoff Spotti

    c’est en tout cas un joli Gloubiboulga… Faut potasser le sujet avant de s’aventurer. Allez voir l’expo à Dinard « Le Festin de l’art » avec Spoerri, Calle, Koons, Selz, Mathigot, Blazy, Lesueur…

    juin 22, 2014 at 17 h 59 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture