Expos
La lumière nuit : Dirk Braeckman au BAL

La lumière nuit : Dirk Braeckman au BAL

11 novembre 2014 | PAR Bérénice Clerc

Dirk Braeckman, photographe Flamand, installe ses troublantes photos au Bal. Où sommes-nous ? Quel est le sujet de la photographie ? Le noir est-il lumière ?

Les visiteurs pourront tenter de trouver leurs propres réponses en guise de fuite ou accepter de se perdre comme dans l’incertitude de la vie.

Il arpente l’automne à pas lourd, le froid glace les parisiens, la nuit semble bien plus longue que les jours, la BAL est le lieu idéal pour se réchauffer le corps et l’esprit puis se laisser aller à quelques gourmandises.

Dès la première salle une immense photo, une toile presque, saisit le spectateur, tout est noir pourtant on y voit des humains, une fête peut-être, une orgie, l’œil peine à faire la mise au point.
Reprise d’un tableau de Watteau, il utilise son négatif, le double pour créer la photo du tableau, la photo de la photo du tableau, la photo de la photo, de la photo…

Le noir est partout mais de ces ténèbres jaillissent la lumière, le relief et la vie. Loin, proche, les effets sont différents mais le trouble est le même, le visiteur pourrait observer des heures l’immensité de ce rectangle noir lumineux comme un Soulages. La salle du bas s’ouvre sur la même noirceur, des formats plus petits, des énigmes aussi grandes.

Une scène de crime, du carrelage, le noir fait disparaître le réel, la lumière fait naître le vrai, pas de titre explicite, ni de techniques secrètes dévoilées, les visiteurs sont seuls face à leurs incertitudes.

Un corps sans tête en équilibre, des reliefs, des formes, une femme en disparition, fantomatique comme arrivée sur la pellicule par surprise, prête à se dématérialiser sous nos yeux, présente sans volonté, absente au monde, visible seulement par certains.

L’œil et l’imaginaire sont saisis, le visiteur devient auteur de l’histoire, il peut imaginer le photographe dans sa chambre noire, lumière et créer son propre mystère.

Dirk Braeckman propose un voyage onirique, le tangible, le réel ne sont que des illusions, demain, après demain ou à peine plus loin la mort saisira les visiteurs comme les sujets des photos.

Une exposition pour vivre le moment présent et laisser son imaginaire divaguer, voyager, vagabonder sur les mystérieuses terres imagées de Dirk Braeckman.

Infos pratiques

Braderie de Lille
Fondation Maeght
Louise Faucheux

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture