Expos
Intérieur coréen oeuvres de In-Sook Son au Musée Guimet : Nega che chalaga

Intérieur coréen oeuvres de In-Sook Son au Musée Guimet : Nega che chalaga

30 septembre 2015 | PAR Sandra Bernard

Le lancement officiel de l’année de la Corée en France aura lieu dans quelques jours mais, à la veille des journées du Patrimoine, le musée Guimet inaugure “Intérieur coréen, œuvres de In-Sook Son” au premier étage de son antenne du Panthéon Bouddhique.

En à peine quatre salles, c’est toute l’étendue du savoir faire de In-Sook Son, artiste brodeuse au talent incontestable, qui est exposé aux visiteurs. In-Sook Son est une artiste contemporaine héritière d’une longue tradition de brodeuses d’art coréennes. Ayant pu broder jusqu’à 13h par jour, elle dispose aujourd’hui d’une collection de plus de 800 pièces allant des vêtements traditionnels (hanbok : costumes traditionnels, costumes de cour, pojagi : tissus enveloppants, robe de mariée hwarot, costumes d’enfants aux manches multicolores) aux petits sacs, en passant par les chapeaux, les chaussures, les nœuds, les épingles à cheveux et même le mobilier, dont plusieurs dizaines sont présentés dans l’exposition.

Réinterprétant l’art de la broderie, In-Sook Son maîtrise l’ensemble de son oeuvre, du choix des écheveaux à la teinture, en passant par la torsion des fils. Pour les œuvres nécessitant l’intervention d’artisans, c’est elle qui dessine les motifs, choisit les bois et la couleur des vernis. Les mobiliers ont cela de particulier qu’ils regorgent de rangements spécialement conçus pour conserver les œuvres d’In-Sook Son.

Son talent a non seulement permis la création d’une fondation œuvrant à son travail, mais il a également été reconnu par la proposition de lui attribuer le titre de trésor national vivant, titre qu’elle a refusé, se plaçant du côté de la création et non de la transmission de la tradition.

Ses œuvres colorées, réinterprétant des motifs traditionnels tout en y apportant la sensibilité toute personnelle de l’artiste, sont placées en regard avec les quelques œuvres textiles coréennes issues des collections du musée Guimet.

L’exposition revêt également un intérêt ethnographique et social puisque l’on y découvre en filigrane l’importance de la broderie et des arts textiles dans la vie des femmes coréennes depuis des centaines d’années. En effet, ces dernières, cloîtrées dans des “gynécées” n’avaient d’autres possibilités pour se divertir que de broder et coudre. Ces deux pratiques ont permis aux femmes de libérer leur créativité et de sortir peu à peu des carcans sociaux, gagnant peu à peu en reconnaissance et en autonomie. Une exposition colorée et dépaysante sur un sujet original qu’il serait bien dommage de rater.

Informations pratiques :

Intérieur coréen : oeuvres de In-Sook Son, Galeries du Panthéon bouddhique – Hôtel Heidelbach : 19 avenue d’Iéna, 75116 Paris, Du 18 septembre 2015 au 14 mars 2016

Visuels :  Affiches + photographies © Sandra Bernard

Infos pratiques

La Gaîté Lyrique
Les Trois Baudets
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *