Expos
[Festival d’Avignon] Guillaume Bresson, peint sur le vif

[Festival d’Avignon] Guillaume Bresson, peint sur le vif

12 juillet 2015 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Oh joie, les expos sont de retour à Avignon. A l’Eglise des Célestins, on découvre l’époustouflant Guillaume Bresson à la peinture hyper photographique.

[rating=5]

Présentée dans l’église vidée depuis longtemps de sa fonction religieuse, les peintures sont une relecture de clairs-obscurs où des pointes de couleurs viennent surprendre. Lui qui est représenté par la galerie Nathalie Obadia a déjà été vu au Palais de Tokyo, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris / ARC, à la Kunsthalle de Karlsruhe, ou encore et entre autres à l’IMA.  L’homme de 33 ans  apporte un souffle tout à fait radical à l’art figuratif.

A voir ces corps du quotidien qui dansent figés sur la toile au cœur d’une baston. Ceux qui attendent tels des apôtres sur une aire  d’autoroute, on se dit que ce garçon est le fils caché de De Chirico et du Caravage. Scènes où les porteurs de K-way semblent détenir la vérité.

Cette quinzaine d’huiles sur toiles est vide de cartels et de noms s’ancrant ainsi dans une tendance très actuelle qui vient laisser le spectateur être emporté par ces œuvres où l’ordinaire devient irréel.

Entrée Libre sans réservation.

Visuel : © Guillaume Bresson, Sans titre, 2009-2014, huile sur toile, 202 × 278 cm – Photographie : © Bertrand Huet/Tutti Images – Galerie Nathalie Obadia, Paris/Bruxelles

Infos pratiques

Festival en Othe
Urbaka
festival_davignon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *