Expos
Dans les « Inspirations » de Dries Van Noten aux Arts Décoratifs

Dans les « Inspirations » de Dries Van Noten aux Arts Décoratifs

04 mars 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Jusqu’au 31 août, Les Arts Décoratifs nous entraînent dans le cerveau du couturier Belge Dries Van Noten. Expo d’art plus qu’expo de mode, ici, c’est un parcours thématique fait d’accumulations.

Du 1er mars 2014 au 31 août 2014, Les Arts Décoratifs consacrent une exposition au créateur de mode belge, Dries Van Noten. Cette première exposition à Paris est une invitation à un voyage intime et affectif de son univers. En présentant ses sources d’inspiration nombreuses et multiples, Dries Van Noten a choisi de nous révéler son processus si particulier de création. Ce projet totalement inédit, fait d’accumulations choisies et de superpositions pensées, confronte les collections de mode féminine et masculine de Dries van Noten aux collections de mode des Arts Décoratifs, ainsi qu’aux photos, vidéos, extraits de films, références musicales, œuvres d’art françaises et internationales provenant de collections publiques et privées qui ont nourri sa création.

Dries Van Noten fait partie des Six d’Anvers, il est avec Walter Van Beirendonck, Ann Demeulemeester, Dirk Van Saene, Dirk Bikkembergs et Marina Yee le symbole du renouveau de la mode Belge. La force de Van Noten c’est de ne pas être identifiable au premier coup d’œil. Si la beauté et une utilisation des couleurs mesurée le caractérise, c’est surtout, et c’est là la force de l’exposition, ses inspirations venues de la culture au sens large qui le singularise.

Pour un fois, et c’est une première fois, vous ne saurez rien des tissus et des méthodes employées. Et pour une fois, et c’est une première fois, cela est une grandiose idée. « Grafic », « Francis Bacon » ou « Gold », les sujets déclinés par l’artiste sont nombreux et s’appliquent aussi bien à la femme qu’à l’homme, ici, en prêt-à-porter très luxueux. Toute la collection femme Automne-hiver 2009 se décline autour de l’œuvre de Bacon, ou autre exemple, le célèbre portrait de Proust par Blanche donne naissance à un costume de « paon » ici au motif peau de serpent anti-bling.

Une image, un ballet ( Nelken de Pina Bausch et Rosas de Keersmeaker sont cités) sont à la source de dizaines de pièces. Le choix des thèmes permet des explosions par bloc, et les robes de Dior ou Balanciaga présentées ensemble font l’effet d’un feu d’artifice. Devant chaque vitrine, le défilé est projeté, l’occasion de saisir la cohérence du couturier, qui sait s’emparer de lieux inspirants et porteurs, telle la fontaine de Pol Bury dans la cour du Palais Royal qui a servi de décor au défilé de la collection femme Printemps-Eté 2009.

Ses pièces se mêlent à celles des autres couturiers, l’occasion est ici inouïe de se glisser dans les dentelles de Worth et les papillons de Schiaparelli, on ne sait pas au premier regard qui a créé quoi et cela offre une cohérence folle à l’idée de cette exposition. Qu’est ce qui est à la naissance d’une collection, quel est son fil ?

Cette exposition très impressionnistes s’adresse absolument à tous les publics, les néophytes comme les amoureux de Dries Van Noten. L’occasion est belle de comprendre la pensée d’un créateur de mode tout en se promenant dans ses actes. De façon absolue, Van Noten a réalisé, et réalise des lignes absolues, non datées où les couleurs ne suintent jamais. Dans une scénographie très noir chic, le parcours se fait élégant, prouvant, puisque cela est nécessaire, que la mode est un art en soit.

Visuel : Dries Van Noten, défilé Automne/Hiver 2006, © Mathieu Ridelle

Infos pratiques

Centre National Jean Moulin
Petites formes mouvantes et émouvantes
musee_des_arts_decoratifs

One thought on “Dans les « Inspirations » de Dries Van Noten aux Arts Décoratifs”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *