Expos

Berges de Seine : l’invitation à la flânerie d’Hermès

Berges de Seine : l’invitation à la flânerie d’Hermès

20 septembre 2015 | PAR Araso

Sur les Berges de Seine, au niveau du port de Solférino, entre la passerelle Léopold-Sédar-Senghor et le pont de la Concorde, la maison Hermès invite le promeneur à plonger dans l’œil du flâneur, à perdre son temps l’espace d’un instant, pour mieux le retrouver.

[rating=4]

Entre Alice aux Pays des Merveilles et le Paris de la Belle Epoque, entre aquarelles et graffitis, la maison Hermès investit les berges de Seine pour créer un parcours de 11 salles thématiques invitant à l’éveil des sens, immergeant le promeneur de tous âges dans son univers intime habillé pour l’occasion d’une scénographie poétique et spectaculaire, signée Hubert le Gall (qui collabore, entre autres, avec le Grand Palais, le musée d’Orsay, le musée Jacquemart-André…). Des salles sans dessus-dessous, un placard enchanté, une mini boîte de nuit, un café des objets oubliés et des flâneurs avec qui l’on communique uniquement par télépathie et dont le visiteur indiscret peut écouter les pensées.

Cette exposition est l’illustration parfaite de ce qui fait depuis toujours la particularité de la maison Hermès. Hermès, c’est un savoir-faire artisan depuis plusieurs générations, un cœur de métier, la sellerie, un univers, le cheval. Hermès, c’est une marque à la génétique puissante, dont les codes (la fameuse boîte orange, des sacs signatures courus dans le monde entier, le Kelly, le Birkin, des foulards en soie : les célèbres Carrés…) sont connus de tous. Mais Hermès, c’est surtout une philosophie, une poésie, une authenticité qui ne ment pas et qui touche toutes les générations. Hermès ce sont les mots, une musique, une esthétique universelle. Ce sont les dessins de l’oncle, Philippe Dumas, à collectionner en carnets autour des thèmes, évocateurs, de chaque saison : les Métamorphoses, la Mer, le Voyage en Moyen-Orient… Il n’y a pas de marketing chez Hermès. Pour quoi faire ? Ils font ce qu’ils veulent, et cela leur réussit si bien.

Et l’exposition de conclure : « Flâner, c’est glaner un peu. Autant d’images, autant de signes qui sont le gain précieux du temps perdu. Ainsi comblés, « rentrons! » disent-ils. »

A découvrir jusqu’au 5 Octobre.

Araso

Infos pratiques

Musée Bourdelle
Hellfest
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *