Expos

Art et Préhistoire au Centre Pompidou

Art et Préhistoire au Centre Pompidou

08 mai 2019 | PAR Emilie Zana

Aujourd’hui débute la nouvelle exposition du Centre Pompidou intitulée Préhistoire, une énigme moderne. Elle interroge les profondeurs de la Terre – et donc notre passé par un dialogue foisonnant entre les découvertes et les créations artistiques, toutes époques confondues. 

Dialogues entre science et art

Dans les années 1860, le peintre Paul Cézanne s’initie à la préhistoire grâce à son ami géologue Antoine-Fortuné Marion. C’est durant ces années que le terme « préhistoire » se répand en Europe, et que des objets gravés paléolithiques sont reproduits pour la première fois par l’archéologue français Edouard Lartet. Ce dernier va d’ailleurs considérer les auteurs de ces objets comme étant des artistes. Les découvertes et théories liées au concept de préhistoire vont, de manière concomitante de leurs évolutions, nourrir les esprits des artistes d’art moderne.  

L’exposition ne met toutefois pas beaucoup l’accent sur la chronologie des découvertes préhistoriques, une chronologie étant seulement inscrite sur un mur à l’écart, au milieu de l’exposition. Une vitrine en début d’exposition associe néanmoins habilement les publications de l’époque en montrant de concert les créations des artistes et les travaux des savants. 

Enfin, le lien entre la science et l’art est nettement visible tout au long de l’exposition. De nombreux objets proviennent en effet des partenaires de l’exposition : le Muséum national d’Histoire naturelle – Musée de l’Homme (qui a prêté la fameuse Venus de Lespugue), le Musée d’archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye et le Musée national de Préhistoire. Le catalogue d’exposition est de plus transdisciplinaire.

 

La Préhistoire, source d’inspiration d’une profondeur infinie

Les découvertes liées à la Préhistoire ont en effet beaucoup influencé les artistes. Au-delà de l’imagination débordante voire de l’idéalisation qu’a suscité cet ancien monde, ces découvertes ont ébranlé en profondeur les conceptions et croyances sur l’Homme, sur son origine et son évolution.

La prise de conscience de la fragilité de l’existence – avec la découverte de fossiles, de squelettes d’espèces disparues… sera d’autant plus forte au lendemain de la Première Guerre Mondiale. Ainsi ce trouble se ressent dans les créations artistiques, et dans ses thèmes récurrents comme la Venus paléolithique, l’outil ou encore la caverne, qui n’ont cessé de fasciner les artistes d’art moderne mais aussi contemporains, connus comme moins connus et utilisant des médiums variés : peintures, sculptures, films, éléments de pop-culture… Cette exposition, chronologique, va même jusqu’à brouiller volontairement les frontières en laissant cohabiter des oeuvres de la Préhistoire et de l’histoire.  

Cette exposition, ambitieuse au vu de son « ampleur chronologique » et de son « sujet inédit » (il existe en effet peu de publications à ce sujet d’après Cécile Debray, commissaire de l’exposition) est finalement universelle, et promet au Visiteur de puissantes interrogations. 

 

Commissaires d’exposition : Cécile Debray (directrice du musée de l’Orangerie), Rémi Labrusse et Maria Stavrinaki (professeurs d’histoire de l’art). Préhistoire, une énigme moderne, du 8 mai 2019 au 16 sept. 2019, tous les jours (sauf le mardi) de 11h à 21h (Nocturne le jeudi jusqu’à 23h) – Galerie 1 – Centre Pompidou, Paris

 

Visuels : EZ

  • Joachim Lutz pour Leo Frobenius, Grands éléphants, autres animaux et figures humaines, peints en nombreuses couches, Mutoko (Zimbabwe), 1929, détail de relevés de peintures rupestres
  • Yves Klein, Anthropométrie-ANT 84, 1960
  • Eugen Gabritschevsky, Sans titre, 1940
  • Harry O. Hoyt, Willis O’Brien, The Lost World (le monde disparu), 1925. Film 35mm, couleur, sonore, extrait
  • Figure féminine dite Vénus de Lespugue (grotte des Rideaux, Lespugue, Haute-Garonn) époque gravettienne (vers -23 000 ans) découverte en 1922, emblème de l' »art préhistorique »
  • Amédée Ozenfant, La Grotte aux baigneurs, 1930-1931

Infos pratiques

Les Cygnes
Théâtre du Palais Royal
centrepompidou

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *