Actu
Disparition du philosophe André Glucksmann, grande figure de la lutte contre le totalitarisme

Disparition du philosophe André Glucksmann, grande figure de la lutte contre le totalitarisme

10 novembre 2015 | PAR Clémence Charrier

Le philosophe André Glucksmann, fervent défenseur des droits de l’homme, s’est éteint dans la nuit de lundi à mardi à l’âge de 78 ans. Cet intellectuel revendiqué de gauche n’avait jamais hésité à prendre position lors de débats publics, français et internationaux, affirmant une véritable conscience personnelle et engagée. 

Né en 1937, André Glucksmann grandit dans le milieu juif européen des années 1930. Alors qu’il vit en France pendant le Régime de Vichy, il est obligé de se cacher alors que sa mère s’engage dans la Résistance. Plus tard, il participe avec conviction à la révolution de Mai 68 au côté de Raymond Aron, prêtant même son temps et sa plume au journal Action. Marxiste, il n’hésite pas à soutenir la Révolution culturelle chinoise et son instigateur, Mao, et devient alors le lien entre les classes intellectuelles et les militants du peuple.

Dans les années 1970 pourtant, sa pensée évolue et l’amène à adhérer au mouvement naissant les Nouveaux Philosophes, permettant ainsi un lien entre les générations de philosophes de l’après guerre. Il se positionne alors contre le communisme et se détache ainsi du marxisme, qu’il critique avec ferveur dans son ouvrage La cuisinière et le mangeur d’homme, réflexions sur l’Etat, le marxisme et les camps de concentration, qu’il publie en 1975. Ses convictions sur les libertés des peuples guident son raisonnement anti-totalitaire et son évolution intellectuelle. C’est toujours en défenseur des peuples et luttant contre leur misère qu’il se positionne en faveur des Etats-Unis à partir des années 1990, et pour les interventions militaires du pays, s’opposant ainsi au pacifisme.

C’est dans cet esprit qu’en 2007, le philosophe annonce son soutien au candidat Nicolas Sarkozy, avant de réviser son jugement lorsque l’ex-président se rapproche du russe Vladimir Poutine. Véritable figure des débats de sociétés, les positions toujours affirmées de Glusckmann sont le reflet de sa véritable évolution intellectuelle au fil des années. Ce matin sur Europe 1, Emmanuel Macron dit de lui  » C’est un vrai esprit critique ainsi qu’une conscience qui disparaît. » C’est certain, la voix de ce philosophe engagé laissera un vide.

Visuel : (c) Wikipédia

Chroniques de la création de « Richard III, Loyaulté me lie » : cette semaine, des âmes rôdent
[Arras Festival] Dans « Francofonia », le grand Sokourov fait trop d’histoire(s)
Clémence Charrier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *