eac503e32969759afd24dfdb40389324 Electric Poney Club #1
Lieu: Paul B

Adresse : 6 allée de québec, 91300, Massy
30 janvier 2016 | Tarif : Entrée Libre €

DESCRIPTION

En ce début d’année 2016, il était temps de remonter en selle et de rouvrir les portes du manège de l’Electric Poney Club ! En entrée libre, ces soirées vous proposent de découvrir des artistes issus de la scène locale et parfois d’un peu plus loin… Pour cette première édition de la saison, on vous invite donc à venir vous frotter au poil tout doux de petits ou grands poneys qui rythmeront cette soirée clairement éclectique ! Du rock psyché de Sarajevo, au groove sacrément cuivré des Lulu & the Comets, en passant par l’afro-rap de Kofi et l’électro tribale, impitoyable et puissante d’Holy Strays, il y aura de quoi faire un très joli tour !
LULU & THE COMETS

Sur scène ou à la rue, en fixe ou en déambulatoire, Lulu & The Comets, la plus « All Stars » des fanfares du sud périph’, vous entraînent dans leur univers à la (re)découverte du son qui groove et de la bonne vibration. Une rythmique d’enfer (caisse Claire, grosse caisse et sousaphone) accompagnée d’une section cuivre digne de ce nom trompettes, saxs, trombone) vous font bouger sur des grooves et des flows lyriques bien posés…
Kofi

Né l’été 2007, Kofi a partagé la scène avec Bibi Tanga, Sixun… arpenté les routes de France, Belgique, en duo, trio ou plus… et sorti un 1er maxi éponyme en 2008. Après un retour aux sources béninoises en janvier 2012 et une tournée d’été européenne avec Blitz the Ambassador(New York/Ghana), il présente son premier album, « Ablume(dans l’obscurité) » en octobre 2013. Ayant fait ses armes dans plusieurs formations allant du jazz-rock au dub en passant par le hip hop et l’afrobeat, ce métis franco-béninois écorché délivre une fusion large, de base afro-rap, qui interroge sur le vivre-ensemble, l’histoire des relations nord/sud, le sacré…
Sarajevo

A propos de leur EP « The Double Tailed Devil » : « Pourtant à des années-lumière du registre énervé et pétrifié de certains de ses membres, anciens Comity ou Dacast, le groupe fait montre d’une insolente maîtrise et d’une classe qui l’est tout autant, comme si ces effluves poussiéreuses entre Rock indé et trip psychotropique, coulaient depuis toujours dans leurs veines. Ce qui est peut-être le cas. « (à lire ici sur http://sound-protest.net)
Holy Strays

Nom de plume de Sebastien Forrester, jeune musicien et producteur, Holy Strays distille une musique à la fois puissante et intimiste, hantée par la percussion originelle. Ses fresques sonores en demi-teinte appellent à la communion, entre transe et contemplation. Après trois maxis puis un premier EP ‘Chasm’, il prépare actuellement son premier album prévu pour 2016.