Une chambre en Inde

Une chambre en Inde

19 août 2017 | PAR PDC

Ariane Mnouchkine et le Théâtre du Soleil au Printemps des Comédiens, ce n’est pas seulement l’annonce d’une
grande affiche dans un grand festival. C’est aussi raviver ici, entre pins et cyprès, les jeux de la mémoire et des
éblouissements enfuis. Car dans l’histoire du Printemps, il y a peu –pas- d’images aussi puissantes que celles du
cycle des Atrides, monté, joué par le Théâtre du Soleil dans le Bassin du domaine départemental d’O : peutêtre
n’y eut-il jamais adéquation aussi parfaite entre un texte, un lieu, une mise en scène que ces soirs de juin
1992 où la météo fut pourtant exécrable. Mais le retour d’Ariane Mnouchkine n’est pas qu’une affaire de nostalgiques jeux de miroirs : en 25 ans, elle a exploré tant d’autres rivages de l’espace et du temps… Et le soleil de son théâtre brille toujours à son zénith. Car enfin qui d’autre pourrait signer cette Chambre en Inde ? Qui pourrait mêler dans ce lieu clos les mille clameurs, les mille senteurs de ce sous-continent qui la fascine tant ? Qui pourrait y faire entrer Shakespeare, Chaplin dans une sorte d’hommage au théâtre de tous les temps et de tous les lieux ?
Des quatre heures de ce spectacle musical, parlé, dansé, joué, universel, on retient peut-être d’abord qu’il s’agit
d’une comédie. Que l’on rit face à la méchanceté du monde. Que l’on s’émerveille de cette force optimiste qui
en fait palpiter toutes les images. Un grand Mnouchkine assurément. Digne de renouer avec les fils de la mémoire.

Une création collective du théâtre du soleil, dirigée par Ariane mnouchkine

TANGO DE CONTREBANDE
Venenum, un monde empoisonné
PDC
Ce festival accueille chaque année, au mois de juin, dans les domaines du théâtre et du spectacle vivant, de 20 à 25 spectacles. Montpellier, Hérault (34).