Joueurs de Farces

Joueurs de Farces

16 octobre 2015 | PAR Justine Ducat

(mardi au samedi à 20h30 – dimanche à 16h – relâche lundi)
Grande salle du Théâtre du Pavé
Tout public (La Farce de Frère Guillebert peut heurter la sensibilité des plus jeunes)

Auteur : Francis Azéma
Compagnie Les vagabonds
Mise en scène : Francis Azéma
Avec : Francis Azéma, Corinne Mariotto et Denis Rey
Création Lumières : Ludovic Lafforgue et Marine Viot
Chargée de production et de diffusion : Jeanne Astruc

Le théâtre de la farce est celui de la rupture. Il se veut à contre-courant de ce qui se fait, de la culture officielle. C’est pour cela qu’il choisit délibérément de refuser le beau langage, la bienséance, les conventions sociales. Ce n’est pas par ignorance mais par choix. Il s’approprie tous nos tabous, nos interdits : jurons, blasphèmes, gri¬voiseries…
Il est devenu presqu’impossible aujourd’hui de parler du « bas cor¬porel » (urine, sexe, excréments) sans parler d’obscénité. N’est-ce pas oublier, comme le dit Mikhail Bakhtine à propos de Rabelais, « ce lien substantiel avec la fécondité, la naissance, le bien-être, issu d’une tradition très ancienne » ?
La farce s’en emparera. Cette farce triviale, populaire, farce bon¬homme, un peu lourdaude, farce moqueuse, mais qui réjouit le riche comme le pauvre, le roi comme le gueux, farce « gauloise », miroir grossissant d’une société brutale, exutoire par le rire de nos peurs, de nos colères, qui résonne peut-être encore aujourd’hui dans un sketch de Coluche ou dans un dessin de Charlie-Hebdo.
Ce théâtre dérange comme doit déranger le théâtre, il est accessible à tous comme doit l’être le théâtre.
Le théâtre de la farce française, théâtre de nos origines, ne restera pas consanguin. Molière saura le sublimer en le métissant à la commedia et à la grande littérature.

Tarifs de 4€ à 18€

Qu’est-ce qu’on fait pour Noël ?
Disney sur Glace – Les Mondes Féeriques à Saint-Etienne
Justine Ducat