Claude Mollard, Triptyques, photographie

14 septembre 2015 | PAR galerie_capazza

« Photographier inlassablement pour enregistrer l’encyclopédie des visages humains présents dans la nature la plus ancienne ou la plus récente, un calcaire troué façon rochers de pensées chinois ou une fougère qui vient de dérouler sa palme. Puis faire repos, penser, ordonner, faire parler les pierres qui rient, crient et pleurent, faire théâtre des écorces et des cœurs de palmier, faire narration comme les Anciens des apparitions de figures humaines ou de têtes animales. Faire comme à Lascaux, mais avec appareil de photo, en communion avec le cosmos. Ordonnancer pour raconter avec ce matériau essentiel, cueilli autant que chassé, les photos matiéristes à formes reconnaissables, qui sont du monde, que je fais entrer dans mon monde. Retrouver pour cela la forme ancestrale du récit : l’avant, le pendant et l’après. Ainsi du triptyque ».

Claude Mollard (extrait de Triptyques, diptyques, polyptyques – Juillet 2015)

samedis, dimanches et jours fériés
10h-12h30 14h30-19h

Chris Esquerre
Nani Champy Schott, céramique
galerie_capazza