Un « Fin de Partie » à ne pas manquer à l’Essaion

8 mai 2017 Par
David Rofé-Sarfati
| 0 commentaires

Nous reviennent la même semaine deux adaptations de l’oeuvre de Becket par le génial Jean Claude Sachot « En attendant Godot » (déjà en mai 2016 critiquée)  et « Fin de Partie ». A chaque fois la lecture singulière de Sachot et la performance des comédiens, en particulier le troublant Philippe Catoire assure notre plaisir. 

fin-de-partie-au-theatre-essaion-la-critique-quejadore_carrousel_quejadore

Aveugle et cloué à son fauteuil, Hamm n’a d’autre occupation que de tyranniser son esclave Clov. Au fond de la pièce ses parents relégués, prisonniers dans des poubelles interrogent leurs souvenirs.

L’univers lugubre de Becket dit l’absurdité de l’existence et l’impossible vanité d’un monde où rien ne semble compter. Hors champ, la cuisine de Clov visitée par les rats et par les fenêtres le monde vide d’une humanité qui ne cesse de se mourir.

La force de l’adaptation de Sachot et qui la rend différente des autres se source d’abord dans une pureté du texte honoré par quatre comédiens impressionnants. Philippe Catoire comme un aimant central aveugle derrière ses lunettes noires magnétise ses partenaires et la salle. Gérard Cheylus, le père est surnaturel. Marie Henriau nous rappelle que parfois, elle est la mère de Emmanuelle Devos le talent est héréditaire. Jérome Keen apporte son talent à l’équipée, indispensable talent qui endure tout en renforçant celui de Catoire. Triomphe est donné à l’art du  théâtre.

Mais aussi, la force de l’adaptation est à rechercher, on la connait déjà dans le Godot de Sachot, dans l’absence du classique timbre atone des textes de Beckett. Sachot et son équipe ont su restituer le texte et son sous-texte et en extirper dans une incarnation rare la valeur la plus escamotée chez Becket, l’amour, celui qui circule secrètement entre les personnages, celui toujours pourchassé et sans cesse raté.

C’est génial.

Auteur : Samuel Beckett Mise en scène : Jean-Claude Sachot Avec Philippe Catoire, Marie Henriau, Jérôme Ke, Gérard Cheylus, (en alternance) Pierre Sourdive du 21 avril au 10 juin 2017 Jours : Les vendredis et samedis Horaire : 19h30 Durée : 1h35


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *