Tendances

Soleil Printanier à Barcelone

27 avril 2010 | PAR Alienor de Foucaud

Malgré des irruptions volcaniques et des grèves de train qui ne cessent, il est toujours possible de s’évader à Barcelone pour quelques rayons de soleil, de délicieuses tapas et un peu d’air marin. Une chose est sûre, la Catalogne n’est pas prête de vous décevoir.

 

Culture quand tu nous tiens ! Musées incontournables, expos temporaires où monuments phares de la ville, le choix est vaste.

 

Le Musée Picasso présente les œuvres de jeunesse du peintre, dessins, esquisses, portraits et gravures ou encore peintures, paysages et envolées lyriques. On y admire son incroyable maîtrise technique et sa solide formation académique. Le musée occupe cinq élégants palais de la carrer de Montcada, rue bourgeoise du XV-XVIIIème siècle, au cœur du quartier El Born. www.museupicasso.bcn.es

A deux pas de là, la Basilique Santa Maria del Mar illustre l’exemple le plus abouti de l’architecture gothique catalane. L’étonnante finesse des piliers soutenant les trois vaisseaux crée une époustouflante sensation d’espace et l’acoustique y est exceptionnelle. Enfin, plus au sud, La Plaça Reail offre de nombreuses terrasses ensoleillés entourées de palmiers pour une touche d’exotisme.

Le long des Ramblas, au cœur d’El Raval, quartier populaire en pleine mutation, le MACBA (Musée d’Art Contemporain de Barcelone) rassemble les tendances les plus récentes de l’art catalan et des mouvements internationaux l’ayant influencé. Ce surprenant bâtiment immaculé, conçu en 1995 par Richard Meier abrite en ce moment deux expositions consacrées à Rodney Graham, A través del bosque et à John Baldessari, Pure Beauty. L’un sacralise le livre comme objet de pensée et se passionne pour la photographie qui transforme les objets d’une simple représentation à une image autonome. Le visiteur peut y admirer une machine à lire ainsi qu’une étude et variation sur Parsifal qui ne manqueront pas de le surprendre. De son côté, John Baldessari s’intéresse à la transmission et l’apprentissage de l’art comme sujet et matière à penser. Une étonnante fascination pour le langage.www.macba.cat/controller.php

En empruntant le Passeig de Gràcia, on (re)découvre les immeubles fantasques de Gaudì, La Pedrera (Carrer de Provença 261), a tout d’une falaise érodée par le vent et la mer, Gaudí, à l’apogée de son art en 1905 façonne la matière et laisse la fantaisie s’exprimer des colonnes du rez-de-chaussée aux singulières cheminées du toit. De même La Casa Batllò, scintillante et colorée ondule au rythme des brisures de mosaïque.

Un peu plus loin, sur la Carrer d’Aragò, on admire l’étonnante façade de la Fondation Antoni Tàpies. Œuvre inaugurale du modernisme, ce splendide bâtiment en brique, jadis maison d’édition, affirme des principes de construction rationalistes tout en illustrant le goût néomudéjar. Aujourd’hui couronnée par une sculpture en aluminium de l’artiste, la fondation abrite la collection la plus complète de Tàpies.www.fundaciotapies.org

Gaudí, Gaudí, Gaudí, ils n’ont que ce nom à la bouche. De la Sagrada Familia au Parc Guell, cet artiste, sculpteur et architecte envahit les rues de la ville du nord au sud et d’est en ouest. Incontournable donc !

Enfin, une balade dans le quartier de Montjuic permet d’effecteur un stop à la Fondation Juan Miró, magnifiquement aménagé, c’est le musée qui illustre le mieux l’art du maître catalan avec plus de 14 000 œuvres. www.fundaciomiro-bcn.org

Mais passons aux choses sérieuses ! On ne peut visiter Barcelone sans goûter aux délicieuses tapas et autres spécialités catalanes

En se baladant dans la Boqueria, un immense marché chatoyant et électrique, où les étals chargés d’épices, charcuteries, coquillages ou poisons éveillent les sens, on déguste des langostinos a la plancha (langoustines grillées) au Bar Pinotxo, le « kiosque » le plus animé du marché, on consomme au comptoir, dos tourné aux étals de fruits et légumes, dans les volutes parfumés de la cuisine de marché catalane.

Non loin de la place Francesc Macia, le Tejada est un bar incontournable pour l’immense variété de délicieuses tapas et la joyeuse effervescence qui y règne à toute heure du jour et de la nuit ; Carrer del Tenor Vinas, 3.

Le quartier de Gràcia fonde son succès sur la Plaça del Sol et la Plaça de la Virreina. Il y a là des terrasses toujours bondées, un café qui sert des bocadillos, parfait en guise de dîner après un film au cinéma voisin, et une foule fidèle, mélangée, qui papote de tout et de rien.

Entre San Antoni et Montjuic le Quimet & Quimet est une Bodega étroite aux murs tapissés de bouteilles et aux tapas succulentes, le fromage des Asturies accompagné de châtaignes est un incontournable ! Carrer del Poeta Cabanyes, 25.

 

Le bonheur des dames à Barcelone se situe en fin de journée, lorsqu’entre 19h30 et 21h00, il est encore et toujours possible de faire un peu de shopping. Des Ramblas au Passeig de Gràcia, la liste est longue.

La Manual Alpargatera est un atelier d’espadrilles dont Jeanne Moreau est une cliente fidèle, corde et coton, de toutes les tailles et de tous les coloris. Carrer d’Avinyo, 7, en plein cœur du Barri Gotic.

El Mercadillo est la galerie commerçante la plus disco de la ville, jeans délavés, bottes en daim, bodies en dentelles, lunettes en tous genres… Carrer de Portaferrissa, 17, à deux pas de la cathédrale.

Pour du mobilier branché et design, faites un tour chez Vinçon, 3000 mètres carrés sont consacrés aux dernières nouveautés en matière d’objets et de meubles pour la maison ; Passeig de Gràcia, 96.

Près de la Torre Agbar (conçue par Jean Nouvel en 2005), Encants Vells est un marché aux puces animé sous des airs de ramba, bric-à-brac fascinant où les meilleures surprises surgissent là où on ne les attend pas ; Carrer del Dos de Maig, 186.

 

Enfin, rien ne vaut las noches de Barcelona, bars, clubs, les nuits sont longues et la musique ne s’arrête jamais.

 

Sur la Plaça Reial, le Jamboree est un incontournable pour les amateurs de jazz qui a accueilli les plus grands de Chet Baker à Joshua Redman, concerts de flamenco et de jazz tous les soirs, puis à partir de minuit, place à la danse sur des rythmes plus rock.

Au cœur del Raval, le Zelig pétille et scintille avec son look rétro et sa clientèle bigarrée, bar très tendance aux cocktails musclés ; Carrer del Carme, 116.

Dans une superbe maison à la décoration exotique, l’Elephant est un club chic et branché qui accueille le gratin des soirées barcelonaises. Aux beaux jours, paresser dans le jardin, peuplé de statues de bouddhas ou d’éléphants et planté de bambous ; Passeig dels Til-lers, 1.

Pour une ambiance plus cosy et lounge, Rouge accueille une jeune clientèle qui vient se prélasser sur de vieux sofas confortables, cocktails, murs et lumières rouges, soul, jazz et easy-listening ; Carrer del Poeta Cabanyes, 21.

Infos pratiques

Le festival Shamrock électrise La Maroquinerie en mai prochain
Le nouveau clip d’Elodie Frégé
Alienor de Foucaud

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *