Restaurants & Bars

Restaurant Mayo : coup de jeune au Hyatt Regency Paris Étoile

Restaurant Mayo : coup de jeune au Hyatt Regency Paris Étoile

20 octobre 2018 | PAR Antoine Couder

Un nouvel espace de restauration qui se fond dans le décor et dans l’air du temps. Une belle adresse pour les after Works et les déjeuners de la Porte-Maillot.

Food zone. C’est un nouveau chapitre qui s’ouvre au rez-de-chaussée du Hyatt Paris Étoile. Une food zone pour « boire, manger et partager » tout en confort et convivialité où l’on se retrouve pour un verre, déjeuner et petit déjeuner et, bien entendu dîner. Tables d’hôtes ou tête à tête plus intime, l’idée est de se détendre autour de petits plats à partager qui cherchent à la fois la simplicité et la qualité brute des produits. La sélection des fournisseurs a été méticuleuse et ceux-ci sont très directement mis en avant sur la carte.

Belles options pâtissières. Pour le fromage, la ferme d’Alexandre semble avoir trouvé la formule de rêve avec une Gabarre goûteuse et équilibrée (chèvre, ferme du Port Aubry) et un incroyable Hercule (mélange vache et chèvre) qui revisite par étape d’affinage tout ce que le fromage apporte en curiosité, en goûts, en saveur inattendue (on se l’arrache déjà en fromagerie). L’autre très bon coup du Mayo, c’est l’approche discrète et efficace du chef pâtissier  Julien Rives Torrens (l’Ambroisie, Plaza Athénée). On reste ébahi devant ses préparations fruitières, un clafoutis fraise & rhubarbe et une tarte au citron tout simplement délicieuse.

Classiques sublimés. Aux commandes, le chef exécutif Rafael Casas tire les ficelles d’un menu pensé sous le signe du partage et de la convivialité. Des propositions qui cherchent à mettre l’Hôtel au goût du jour de ce luxe chic et décontracté qui semble donner le « la » dans les grands établissements du moment et travaille surtout à la mise en valeurs des produits (notamment maraîchers). On visite donc les classiques pour les sublimer (saumon fumé à l’ancienne, Tartare de bœuf) sans s’interdire quelques coups d’éclat comme ce merlan frit Colbert préparé avec un beurre aux herbes et de coquillettes jambon & truffe de haute volée.

34ème étage. Le Mayo se prête parfaitement à l’afterwork, jolie carte de soft, cocktails ou vin et DJ set pointu, le rez-de-chaussée garantissant toutes les commodités d’un espace de travail. Plus tard dans la soirée, on pourra lui préférer le bar du 34 ème étage qui offre aux guests de l’hôtel une vue historique sur l’Ouest de Paris. À couper le souffle.

Mayo Paris

3, place du général Koening

75017 Paris

Ouvert tous les jours de 6h30 à 0h00

 

Visuels: ©ABN

Dominique A : Sa vie en morceaux
Alain Chamfort : « Je suis quelqu’un de doux »
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », une autofiction portée par l’histoire de la musique enregistrée qui a été sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il écrit actuellement une fiction anthropologique se déroulant entre l’Allemagne, la Suisse et la France.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *