Restaurants & Bars

Bleu Olive, le Coffee Shop familial du 7e

Bleu Olive, le Coffee Shop familial du 7e

23 mai 2019 | PAR Annabelle Ambler

Quand on pense à ouvrir un coffee shop on a un peu cette image en tête : de la lumière, une mini terrasse qui donne sur une rue presque piétonne, du papier peint design, des produits qu’on ne trouve qu’au fin fond de la Bretagne sud, et toute la famille, le père, la mère les enfants derrière le comptoir. C’est exactement ce que vous trouverez chez Bleu Olive, à quelques pas du Champs de Mars…

 Olivier et sa femme ont créé cet endroit à l’angle de la rue Cler et de la rue de Grenelle, dans le très sage quartier de l’école militaire, et ça fait du bien. Vous pouvez vous y rendre dès le matin pour croquer une tartine ou tester le choix délicat et délicieux de cafés de la Brûlerie Belleville et autres tartines et gâteaux faits maison, évidemment. Vous pouvez y venir le midi en semaine pour une salade ou des quiches changeantes selon les saisons.

On vous conseille quand même le samedi midi pour un verre de vin, ou de cidre du Vexin et une planche de délicieuse charcuterie tranchée sur place, ou une assiette de poisson qu’Olivier fait rapatrier de Quiberon. On y croise des habitués du quartier, des étudiants ,des américains, et des mamans ravies de laisser leurs enfants jouer ensemble autour de la cuisinette et des livres au fond de cette échoppe.

Bleu Olive ouvre maintenant aussi le vendredi soir pour un apéro qui ressemble un peu à une fête des voisins mais qui se passerait dans un club branché à Brooklyn. Un joli mélange, donc, pour ce coffee shop à la fois trendy et familial.

Bleu Olive, 184 Rue de Grenelle, 75007 Paris, 01 74 64 69 89, 8h30 – 17h30 Mardi-Vendredi, 17h30 – 21h30 Vendredi-Apéro Gourmand, 10h – 19h Samedi
Prix : Tarte salée du jour 6€ (à emporter)/9€, soupe 5€, sandwich 6/11€
Expresso 2,50€, chocolat chaud 4.50€, vin 4/6€
Part de cake 2,20€ la petite et 4€ la grande.
Instagram. Facebook.

Photos @bleuoliv

« Tosca » à l’Opéra de Paris : avec Anja Harteros en héroïne magistrale
Samuel Jean : « On ne travaille pas « La folle aventure de Broadway » comme une symphonie de Mozart »
Annabelle Ambler

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *